Regards croisés sur le Service National Universel : « Sur le plan humain, une expérience unique »

le 16 mars 2023
Dans cette série consacrée au Service National Universel, Le Laboratoire de la République donne la parole à ceux qui font vivre ce programme dans toute la France depuis sa création en 2019. Aujourd'hui, Arthur Gadenne, bénévole au sein du Laboratoire, recruté comme tuteur durant le séjour de cohésion du SNU du Val-de-Marne, nous fait part de son expérience.

Le Laboratoire de la République : Pouvez-vous nous raconter votre expérience du SNU ?

Arthur Gadenne : Entre deux emplois et sans réelle expérience d’encadrement de jeunes, j’ai eu la chance d’être recruté comme tuteur durant le séjour de cohésion du SNU du Val-de-Marne, du 19 février au 4 mars 2023. En tant que tuteur, notre rôle est d’encadrer et d’accompagner les jeunes volontaires durant leur SNU, de les encourageant à participer aux activités et de veiller à ce qu’ils se sentent à l’aise tout au long du séjour. Cela passe certes par un maintien de la discipline et des règles de vie, nécessaires à la vie en collectivité, mais également par une disponibilité permanente et une écoute bienveillante des jeunes. Bien que présent pour tous les jeunes, chaque tuteur a la responsabilité d’une maisonnée (mixte) d’une dizaine de jeunes. Quatre maisonnées forment une compagnie, coordonnée par un capitaine.

Durant ce séjour, nous étions 16 encadrants : 10 tuteurs et 2 capitaines, une référente sport et cohésion, une infirmière et le chef de centre et son adjoint. Sur la centaine de jeunes inscrits, un peu moins de 80 ont finalement participé à ce séjour. Mon expérience SNU a commencé par une semaine de formation, durant laquelle j’ai rencontré l’équipe encadrante et où nous avons pu nous approprier le contenu des deux semaines à venir. Ensuite, nous sommes allés chercher les jeunes dans leur gare de départ (en Occitanie et à Versailles), et nous les avons accompagnés jusque Cachan (idem à l’issue du séjour : nous les avons raccompagnés jusqu’à leurs parents). Le séjour a donc réellement commencé le dimanche 19 février au soir, lorsque tous les jeunes furent arrivés.

Les jeunes ont été installés à 2 ou 3 par chambre non-mixtes, ont récupéré leurs uniformes, rendus leurs téléphones et sont venus dîner au réfectoire, par maisonnée. Le rythme du séjour était intense : réveil des jeunes par les tuteurs à 6h30, petit déjeuner à 7h15, lever des couleurs et marseillaise à 8h puis activité du matin, déjeuner, activité de l’après-midi, et ensuite se succédaient les temps de démocratie interne, d’hygiène & de douche, de téléphone (moins d’une heure par jour, variable), entrecoupés par un dîner tous ensemble à 19h et la journée se terminait par le coucher à 22h, et l’extinction des feux à 22h30. A cela s’ajoutaient également des moments de préparation de la cérémonie de clôture (prévue le dernier jour), ainsi que des moments de détente dans les espaces communs (foyer, cour, …), sous la surveillance des tuteurs.

Concernant les activités, elles étaient nombreuses et variées : séances de percussions (tambours, djembés, …), de cécifoot (football pour aveugles), de capoeira, journée sport et cohésion au parc de Choisy (curling d’intérieur, biathlon en gymnase, joelette, course d’orientation, spéléobox, …), de Taekwondo et de Hapkimudo, … Ainsi que des rencontres avec de nombreuses associations, venues leur parler d’économie circulaire, leur raconter l’Europe au quotidien dans Cachan, les faire devenir des élus de la Nation pour une journée (proposition et vote de loi, travail en commission, amendements, négociations et vote final). A ces activités se sont ajoutées la venue de la Police Nationale (prévention routière, sensibilisation au cyberharcèlement et intervention sur les drogues et les addictions) et de la Banque de France (Escape Game ludique autour de la finance, pour apprendre à mieux gérer son argent). Ils ont également réalisé leur Journée Défense et Citoyenneté (JDC) et passé leur diplôme de Prévention et Secours Civiques 1 (PSC1)

Le Laboratoire de la République : Quels enseignements en avez-vous retiré ?

Arthur Gadenne : Ce séjour fut riche en découvertes et en enseignements pour moi. D’une part, parce que j’ai eu la chance de participer à toutes les activités avec les jeunes : j’ai appris énormément auprès des intervenants, découvert des sports et des associations nouvelles. D’autre part, sur le plan humain, ce fut une expérience unique, et formidable. Je connaissais la vie en collectivité, mais je n’avais jamais encadré de mineurs, qui plus est de 15 à 17 ans. C’est un âge transitoire où l’on voit les futurs adultes qu’ils seront se dessiner, jusqu’à en oublier parfois qu’ils sont encore adolescents. Souvent, au cours du séjour, leur maturité et leur réflexion sur certains sujets m’ont surpris. Plus souvent encore, j’oubliais que j’avais affaire à des ados. En leur fournissant un cadre d’échange et des règles de vie, j’ai pu m’effacer partiellement et les laisser prendre le contrôle de leurs temps de démocratie interne, voir les désaccords naître entre eux et, au fil des échanges, des terrains d’entente se dessiner. L’impossibilité de se réfugier dans sa chambre, derrière son téléphone ou avec d’autres personnes qui pensent comme soi, les obligeait à parler, à s’écouter, à chercher à se comprendre, et aucun désaccord n’a dégénéré en conflit durant ces temps d’échange, bien au contraire : c’est rapidement devenu un jeu pour eux, de chercher à se convaincre mutuellement de leurs idées, et un prétexte au rire.

Personnellement, j’ai également réalisé la grande exigence nécessaire pour accompagner des jeunes. Chez les encadrants, nous avions deux mots d’ordre : l’exemplarité et la neutralité. L’exemplarité d’abord : nous ne pouvons pas exiger des jeunes qu’ils respectent des règles que nous, adultes, ne respecterions pas. Nous étions donc astreints aux mêmes règles, aux mêmes horaires, à la même discipline, dormions dans des chambres identiques aux leurs et aux mêmes étages qu’eux. La neutralité ensuite : à un âge où ils ont mille questions, et sont encore malgré tout influençables, notre responsabilité de tuteur est de ne jamais partager nos opinions ou nos convictions, qu’elles soient philosophiques, politiques ou religieuses. Face aux nombreux sujets qu’ils abordaient d’eux-mêmes, j’ai réalisé combien il aurait été simple de juste leur donner mon avis, au risque de fermer le débat. Les laisser cheminer par eux-mêmes, leur poser des questions supplémentaires, les amener à considérer une réalité puis son contraire puis encore une autre, les faire atteindre des contradictions dans leur réflexion et les voir résoudre ces contradictions en formant leurs propres hypothèses et postulats : voilà qui était bien plus édifiant, et pour moi et pour eux. Et rien de tout cela ne nécessitait que je donne mon opinion personnelle.

Un autre aspect du séjour m’a fortement séduit : les rencontres improbables de jeunes profondément différents, facilitée par la grande mixité sociale qui régnait au SNU. Les répartitions par chambre se sont faites aléatoirement, et mélangeait indistinctement les origines sociales, géographiques, économiques et culturelles. De ce brassage, certaines amitiés magnifiques se sont forgées, et plusieurs jeunes ont déjà prévu de se revoir, de passer leurs prochaines vacances ensemble. Alors que l’école de la République ne parvient plus à favoriser la mixité sociale dans notre pays, le SNU m’a prouvé non seulement que c’était encore possible, mais en plus qu’elle était bénéfique pour tous les jeunes.

Je garderais un dernier souvenir gravé dans ma mémoire : durant le cours de Hapkimudo (art martial de self défense), j’ai vu deux jeunes filles, l’une après l’autre, réussir une prise de neutralisation sur deux jeunes garçons plus grands, plus lourds et plus musclés qu’elles. Après le mouvement, elles ont littéralement sauté de joie et l’une d’elles a éclaté d’un rire libérateur. A ce moment-là, j’ai eu la distincte impression qu’elles venaient de découvrir leur propre force, de comprendre qu’elles n’étaient pas vouées à perdre face aux garçons. Grâce au travail et à la technique apprise, elles ont pu surmonter leur handicap de taille et de force. Ce déclic est, à mes yeux, fondamental et j’espère que de nombreuses autres jeunes femmes auront la chance de le vivre un jour (pour celles qui en ont besoin évidemment).

Le Laboratoire de la République : Recommanderiez-vous le SNU et si oui, pour qui et à quel moment ?

Arthur Gadenne : Le SNU est une expérience que tous les jeunes commencent avec une certaine appréhension. La timidité des premiers jours laisse rapidement place à l’aisance et au plaisir de la découverte du séjour et, lors du dernier jour, près d’un tiers des jeunes pleuraient à chaudes larmes en disant au revoir à leurs amis. Si la plupart des jeunes sont venus de leur plein gré, certains n’avaient pas choisi d’être là. Pourtant, tous sont repartis le cœur lourd, et tous ont adoré leur expérience au SNU, pour des raisons parfois très différentes.

Je recommande donc le SNU pour tous les jeunes, qu’importe leur maturité, leur niveau scolaire ou leurs engagements extra-scolaires. Qu’ils y aillent en courant ou à reculons, ils y apprendront beaucoup, et en ressortiront grandis !

Le Laboratoire
de la République

Pour rester informé
inscrivez-vous à la newsletter

S'inscrire