Echange avec Pascal Bruckner sur son dernier ouvrage « Le sacre des pantoufles »

par L'équipe du Lab' le 24 janvier 2023 Pascal Brukner
Ce mardi 17 janvier, le Laboratoire de la République a eu l’honneur de recevoir l’écrivain et philosophe Pascal Bruckner pour son ouvrage « Le sacre des pantoufles : Du renoncement au monde » publié aux Editions Grasset.
A la Maison de l’Amérique latine, Marie Ameller et Brice Couturier ont animé la soirée pour approfondir les questions laissées en suspens par Pascal Brukner dans son dernier ouvrage. Les échanges ont permis d'interroger notre mode de vie et notre regard sur la société actuelle post-confinement. Le confinement aurait créé une fainéantise et un attentisme de l'avenir. Le besoin d'aller vers les autres et de sortir de chez soi a été remplacé par une lassitude face aux évènements. Le téléphone n'est pas seulement un objet pour téléphoner ou s'informer mais un objet d'occupation de l'esprit. Les gens ne veulent plus aller au cinéma, au théâtre ou au musée pour se divertir ou apprendre. En restant chez eux, ils ont tout à leur portée. Il est nécessaire de raviver cette flamme de vie et d'existence qui fait que nous ne sommes pas des ordinateurs mais bel et bien des humains. "L'aventure nationale étant sur sa pente terminale, on ne peut plus rêver d'aventures, de plaisirs. Tout ce qui relève de l'excès, du plaisir, de la jouissance, de la volupté est brisé par des mouvements de déclinisme et de catastrophisme " Pascal Bruckner. Retrouvez la conversation éclairée de Pascal Bruckner en intégralité sur Youtube : https://youtube.com/watch?v=iG75Snd73uY&si=EnSIkaIECMiOmarE

Emmanuel Carrère était notre invité lors des dernières « Conversations éclairées » de l’année

par L'équipe du Lab' le 10 décembre 2022
Ce jeudi 8 décembre 2022, le Laboratoire de la République a eu l'honneur de recevoir l'écrivain Emmanuel Carrère, pour son dernière ouvrage "V13" publié chez P.O.L.
Pour ces dernières "Conversations éclairées" de l'année 2022 et à l'occasion du premier anniversaire du Laboratoire, Emmanuel Carrère était l'invité de Marie Ameller et Brice Couturier. Cette conférence a été l'occasion de revenir en profondeur sur son dernier ouvrage publié chez P.O.L., "V13", compilation des chroniques judiciaires du procès des attentats du 13 novembre auquel il a assisté, publiées initialement dans L'Obs. Est-il possible de ne pas juger ? En quoi ce procès a-t-il été, d'une certaine manière, une catharsis ? Quel rapport avec la République ? Entre récit intime d'un moment bouleversant - qu'Emmanuel Carrère décrit comme éprouvant - et retour sur les événements du 13 novembre, l'écrivain nous a livré une réflexion particulièrement riche sur un procès qu'il juge exemplaire. Enraciné dans sa place d'écrivain, l'auteur nous a partagé cette "traversée" et les nombreuses questions qui l'animent depuis. Retrouvez les échanges de cette soirée exceptionnelle ici : https://www.youtube.com/watch?v=ti72o52J1fg

L’antenne lyonnaise du Laboratoire est ouverte !

par L'équipe du Lab' le 7 décembre 2022
La jeunesse au cœur de la République à Lyon ! Le 6 décembre dernier était inaugurée l'ouverture de l'antenne lyonnaise du Laboratoire de la République, en présence de Jean-Michel Blanquer.
Cette inauguration à l'école HEIP, Lyon OMNES Éducations, fut l'occasion de mettre en lumière les problématiques dont se saisit le Laboratoire de la République depuis un an : comment faire face à la crise climatique ? Comment expliquer la montée des extrêmes ? Comment lutter contre les fléaux du 21ème siècle ? En digne héritier des valeurs républicaines, le Laboratoire de la République a vocation à apporter des réponses à ces nouveaux défis. La jeunesse est une des priorités du Laboratoire. À Lyon, elle pourra désormais se saisir de toutes les questions et de tous les sujets. Cette ouverture offre, en outre, l'occasion d'envoyer un signal important aux acteurs locaux et aux nombreux étudiants de la région lyonnaise : le laboratoire de la République, c’est la République au concret !  Au cours de la soirée, de nombreux projets du Laboratoire ont pu être présentés, notamment le projet impulsé par le responsable de la commission République laïque, Monsieur le Préfet Michel Lalande, intitulé "Ils incarnent la République". Ce projet a vocation à mettre en avant des parcours exceptionnels permis par les valeurs républicaines. Indira Tsirikhova est ensuite intervenue, en parfait exemple d'un de ces parcours particulièrement inspirants. D'origine russe, Indira est arrivée en France à l'adolescence, a suivi scolaire public exemplaire jusqu'à obtenir un Master psycho-clinique à Lyon 2 avant d'intégrer une école labellisée Grande École du Numérique, Simplon qui, avec Microsoft, a déployé des écoles gratuites d'apprentissage dédiées aux nouveaux métiers du numérique et en particulier à l'intelligence artificielle. Elle est aujourd’hui data analyste. De même, le parcours d'Anaïs Esteve a illustré ce projet ambitieux. Âgée de dix-huit ans, elle a eu son baccalauréat au lycée hôtelier de Toulouse. La passion de l’hôtellerie lui vient de plusieurs stages réalisés dans des restaurants étoilés toulousains. En 2020, elle rejoint l’Institut Paul Bocuse pour y suivre la formation Bachelor Arts Culinaires et Entrepreneuriat. Ce moment fut enfin l’occasion d’échanger sur le thème de la santé mentale, une problématique particulièrement présente chez les jeunes, mise en lumière notamment depuis la période du Covid, et avant cela, avec l’émergence dans le débat public de la précarité étudiante. Après avoir fait un état des lieux des troubles qui touchent particulièrement les jeunes aujourd'hui, différentes solutions concrètes ont pu être évoquées. Merci aux intervenants de la table ronde : Jennifer Guesdon, Anne De Danne, Thierry Taboy, Marion Fabre, Serge Bizouerne, et Julie Zelbat. Cette table ronde a donné suite à un échange entre les étudiants et les intervenants.  Un grand merci à tous les étudiants présents et les intervenants qui ont fait vivre l’ouverture de l’antenne lyonnaise ! 

Retour sur la soirée d’inauguration de l’antenne lilloise

par L'équipe du Lab' le 26 novembre 2022
Le 23 novembre dernier, le Laboratoire de la République ouvrait sa première antenne locale à Lille, lors d'une soirée à l'Université Catholique de Lille, organisée avec l’association De Plein Droit et le Think&Do Tank Youth’s Horizon, œuvrant respectivement pour l’accès aux droits sociaux des étudiants et les politiques éducatives.
La « république sociale » est un concept se situant au cœur de la philosophie politique de notre pays, mais que bien peu sauraient définir clairement. Et pourtant, la république sociale est loin d’être un concept purement théorique et abstrait. Elle a imprégné notre mode de vie et fait partie de notre quotidien. La république sociale pourrait être définie comme notion se préoccupant du bien-être des citoyens. Elle a pour but de faire société autour d’un projet d’égalité et de justice. Elle inclue la notion de destin commun, fondée sur le principe de solidarité. Elle est à l’origine de notre République et elle est aussi son avenir. En première partie de soirée, deux étudiants, Yash Savaliya et Rodolphe Hurtrez, ont pu témoigner dans le cadre du projet "Ils incarnent la République", développé par le Laboratoire. Leurs parcours particulièrement riches et inspirants ont mis en lumière la nécessité de renforcer et d'informer sur les dispositifs d'égalité des chances mis en place en France. Ensuite, cette soirée a été l'occasion pour les organisateurs et représentants de chaque association de présenter les projets à venir pour l'année 2023. Qu'il s'agisse de continuer à informer sur les aides sociales pour les jeunes pour l'association De Plein Droit (représentée par Théo Fouquer) ou de mettre en place une véritable synergie des jeunes pour Youth's Horizon et Le Laboratoire de la République (représentées par Lila Nantara), les projets sont multiples. Éric Clairefond, Délégué général du Laboratoire et Jean-Michel Blanquer, Président, ont également pu intervenir et s'adresser au public présent, particulièrement jeune : Une antenne du Laboratoire de la République, c’est avant tout un engagement concret des jeunes : à la fois dans la vie intellectuelle, pour le débat, mais aussi dans la vie pratique pour traduire la République par des actions, souvent au service des autres, ou simplement pour qu’on se sente appartenir à la même entité, à la même nation, à la République française. Enfin, une table ronde sur le thème "Droit social : réconcilier jeunesse et République" a clôturé la soirée, en présence de Richard Senghor, ancien Secrétaire général du Défenseur des droits, Hervé Terilynck, Directeur de cabinet de la Rectrice de la Région académique des Hauts-de-France et de l'Académie de Lille, David Dentreuil, Directeur des études et des stages de l'Institut Régional d'Administration (IRA) de Lille et Nathalie Flaszenski, Secrétaire générale du Conseil départemental de l'Accès au droit. « La France est une république indivisible, laïque, démocratique et sociale. » C’est le projet de toute une génération, le fruit d’un investissement collectif qui s’inscrit dans une logique de concrétisation des promesses citoyennes, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. La Sécurité sociale et les services publics en sont de parfaits exemples : depuis 1945, la République accorde à tous une sécurité face aux aléas de la vie. Pour la première fois, la volonté de la République est de sécuriser la vie des citoyens et d’atténuer la « peur du lendemain » que constituent la maladie, les accidents, l’âge ou encore l’instabilité financière. Les années 1980 font connaître à la République et aux citoyens une fragilisation du système, et de l’emploi en particulier, accompagnée d’un retour de cette « peur du lendemain » : la République sociale est déstabilisée.  Aujourd’hui, un obstacle persiste face aux vœux de la République sociale : l’accès aux droits. Les 18-25 ans et les plus de 60 ans sont les deux publics phares du Conseil Départemental de l'Accès au Droit du Nord (CDAD). Si les jeunes sont à l’aise avec le numérique, ils ne le sont pas intuitivement avec les démarches administratives en ligne. Cette capacité étant encore très dépendante du soutien familial, le CDAD œuvre pour l’accès aux droits de tous (accompagnement, informations, rendez-vous avec des professionnels : avocats, notaires, etc.), problématique essentielle dans un département précarisé.  À Lille, Bastia, Nantes, Metz et Lyon sont implantés des Instituts Régionaux d’Administration, faisant partie du réseau des écoles du service public. Au sein de ces instituts, la relation aux usagers est au cœur de la formation des élèves. « Simplifier, s’adapter, innover » sont les enjeux des futurs cadres de l’Administration française formés dans ces instituts, pour des services publics et une République sociale au plus proche des citoyens. À la suite de la crise sanitaire et dans le but de toujours tenir cette promesse de citoyenneté sociale, des mesures structurelles et conjoncturelles ont été prises pour les étudiants comme les repas à 1€ pour les étudiants boursiers. Cependant, l’accès à ce genre de dispositif doit être garanti à tous. Il existe à cet effet un guichet unique : le CROUS pour centraliser les informations concernant les droits des étudiants. Par ailleurs d’autres plateformes ont été créées pour toucher un plus large public de jeunes, telle que « 1 jeune, 1 solution », permettant la réduction d’inégalités en termes de réseau et d’opportunités. Les jeunes sont au cœur de nombreux dispositifs de notre République sociale. Dans la ville de Lille et plus globalement dans le Nord, l’accès aux droits est une problématique centrale. En partant de ce constat et grâce aux dynamiques permises par cette soirée de lancement d’antenne, le Laboratoire de la République est déterminé à faire vivre les valeurs républicaines, au plus près des jeunes citoyens lillois. La République au concret, c’est aussi tenir cette promesse de citoyenneté sociale ! 

Innovation et patrimonialisation : le rapport final remis au Laboratoire de la République

par L'équipe du Lab' le 25 novembre 2022
Depuis quelques mois, un groupe d'universitaires coordonné par Claudio Galderisi - membre du Comité scientifique du Laboratoire - travaille à la rédaction d'un rapport intitulé "Innovation et patrimonialisation. Pour un humanisme scientifique, numérique et technologique". Le rendu final de ces travaux a donné lieu le 21 novembre dernier à une conférence-débat organisée en Sorbonne et animée par Jean-Michel Blanquer.
Que revêt aujourd'hui la notion "d'innovation", "parée de toutes les vertus" et présente dans de nombreux appels à projets, qu'ils émanent des ministères comme des agences de l'État (ANR, ADEME, etc.) ? Quels sont les enjeux globaux évoqués à travers le terme "innovation" ? Quelles sont les différentes typologies d'innovation existantes et comment peuvent-elles nous éclairer sur ce terme ? Innovation et patrimoine ne sont-ils pas antithétiques ? C'est à toutes ces questions qu'ambitionne de répondre ce rapport produit par un groupe de réflexion composé de spécialistes représentant les grands acteurs disciplinaires, coordonné par Claudio Galderisi, philologue et spécialiste de la littérature française du Moyen-Âge et membre du Comité scientifique du Laboratoire. En convoquant de nombreuses disciplines - sciences humaines et sociales, sciences techniques, sciences politiques, histoire, anthropologie -, cette réflexion à plusieurs voix investit le champ de l'innovation, de sa définition à sa convocation par les pouvoirs publics, en passant par le domaine de la recherche. Le rapport final est à lire et à télécharger ci-dessous : Innovationetpatrimonialisation._17juillet2022_pdfTélécharger Coordonné par Claudio Galderisi. Avec les contributions de Pierre Caye, Gabriele Fioni, Pierre Glaudes, Alain Laquièze, Franck Neveu, Pierre Schapira, Carole Talon-Hugon, Jean-François Sabouret, Jean-Jacques Vincensini, Philippe Walter et de Bénédicte Durand, Philippe Dulbecco, Philippe Hoffmann.

Le Laboratoire de la République recevait la sociologue Nathalie Heinich lors des dernières « Conversations éclairées »

par L'équipe du Lab' le 17 novembre 2022
Mardi 15 novembre dernier, Marie Ameller et Brice Couturier recevaient Nathalie Heinich pour une conversation passionnante autour de son dernier ouvrage "La valeurs des personnes" (Gallimard, 2022).
Avec son ouvrage La valeur des personnes. Preuves et épreuves de la grandeur publié chez Gallimard à la rentrée, Nathalie Heinich analyse le processus qui nous amène à attribuer de la valeur aux personnes. A l'aide d'une méthodologie pragmatique et compréhensive - à contre-courant de la sociologie critique - la sociologue Nathalie Heinich évoque les différentes gammes de "preuves de qualité", qu'elles soient personnelles ou statutaires et analyse le rôle décisif des "épreuves d'évaluation" (entretien, examen, concours, évaluation) ainsi que de "l'épreuve de la grandeur" qui fabrique in fine la représentation des hiérarchies et donc des inégalités. Jalonnant son ouvrage de références littéraires particulièrement riches, Nathalie Heinich nous a offert, lors de cette conférence, une réflexion plus globale sur la recherche académique, qu'elle estime aujourd'hui minée par le militantisme. A ce propos, son ouvrage publié dans chez Gallimard au sein de la collection "Tracts", Ce que le militantisme fait à la recherche (n°29, 2021), contient une vive critique des "universitaires engagés" qui utilisent leurs travaux scientifiques et de recherche à des fins militantes et partisanes. Retrouvez l'intégralité des échanges ci-dessous : https://www.youtube.com/watch?v=uuzMXviAxIY

Le Laboratoire
de la République

Pour rester informé
inscrivez-vous à la newsletter

S'inscrire