Étiquettes : Technologie

Empreinte environnementale du numérique : comment la réduire ?

par Jean-Benoît Besset le 17 janvier 2024
L'empreinte environnementale du numérique fait référence à l'impact écologique de l'utilisation croissante des technologies de l'information et de la communication sur l'environnement. L’obsolescence rapide des équipements, l’utilisation des ressources naturelles, la gestion des déchets électroniques, le recyclage sont des enjeux associés à cette empreinte environnementale. Réduire l'empreinte environnementale du numérique implique la sensibilisation des consommateurs, le développement de technologies plus durables, des pratiques commerciales responsables et des politiques gouvernementales appropriées. Entretien avec Jean-Benoît Besset, Directeur RSE et de la Transition Environnement et Énergie du Groupe Orange, pour nous éclairer sur ces enjeux.
Jean-Benoît Besset, Directeur RSE et de la Transition Environnement et Énergie du Groupe Orange, commence par définir l'empreinte environnementale du numérique, soulignant comment nos activités en ligne, de la navigation sur Internet à l'utilisation des réseaux sociaux, contribuent à cette empreinte souvent invisible. Il aborde ensuite les principales sources d'émissions de carbone dans le domaine numérique, mettant en lumière l'importance de prendre en compte les centres de données, la fabrication d'appareils électroniques et d'autres éléments essentiels de l'infrastructure numérique. Le discours se tourne également vers des solutions potentielles pour réduire l'empreinte environnementale du numérique. Il explore des stratégies individuelles et collectives, ainsi que des initiatives technologiques et industrielles visant à rendre le numérique plus durable. https://youtu.be/coMjhZMBAvQ

Intelligence artificielle : la culture numérique est cruciale pour relever les défis de l’IA

par Thierry Taboy le 28 août 2023
L’apparition, depuis un an et demi environ, de modules d’intelligence artificielle générative destinés au grand public, a eu un retentissement important dans la sphère publique, entre projections utopiques et dystopiques. Alors que la révolution est encore devant nous, Thierry Taboy, directeur Droits Humains au sein du groupe Orange et coordinateur de la task force Santé du collectif Impact AI, souligne l’importance de l’acculturation au numérique pour favoriser le développement d’une IA européenne et circonscrire les risques démocratiques liés à son usage.
Le Laboratoire de la République : Dix mois après l’apparition de ChatGPT, en sait-on davantage sur les usages qui sont faits de cet outil ? La révolution annoncée n’est-elle pas encore devant nous ? Thierry Taboy : Les applications supportées par un moteur d’intelligence artificielle sont loin d’être nouvelles mais peu de gens jusqu’à présent se rendaient compte qu’ils s’en servaient dans leur quotidien. A la manière d’un monsieur Jourdain de la technologie, ils entraînaient des IAs sans le savoir. En offrant une interface très accessible, ChatGPT d’OpenAI a créé une rupture radicale, permettant au plus grand nombre de se confronter en conscience aux potentialités offertes par l’outil. Et c’est devenu une folie, entre déferlante d’usages, engouement médiatique et discours plus ou moins délirants (« les IAs génératives vont faire disparaître les cadres »… ). ChatGPT est une intelligence artificielle qui répond à toutes vos questions même parfois quand elle ne sait pas, écrit des articles, des chansons, des recettes de cuisine ou des lignes de code à la demande et bien plus encore. Si elle repose sur des banques de données immenses et propose un mode de langage naturel, elle n’en reste pas moins imparfaite. Pour résumer, elle « ne comprend pas » ce qu’elle écrit, elle ne fait que prédire les mots qui sont les plus cohérents pour continuer sa phrase. Mais elle le fait plutôt bien, ce qui donne l’impression qu’elle est vraiment intelligente, ou consciente. Cela dit, il est indéniable que la qualité des réponses proposées par les IAs génératives ne cesse de progresser, avec comme facteurs déterminants une performance algorithmique croissante, de nouvelles fonctionnalités, l’intégration de banques de données de plus en plus larges et l’explosion du nombre d’utilisateurs qui « l’entraînent » toujours plus. Assistance à la rédaction, support client, campagnes de communication, conditions juridiques, éducation, création de contenus multimédia, traduction, programmation… les champs recouverts par les Midjourney, ChatGPT, Lamma-2 (open source) et consorts sont toujours plus nombreux, aussi bien du côté professionnel que grand public. Selon l’IFOP, 18% des salariés en Entreprise l’utiliseraient d’ailleurs déjà, le plus souvent sans le dire. Si l’on veut résumer, ChatGPT est un excellent outil pour générer un premier jet, de gagner du temps, quand nous sommes confrontés à toute forme de rédaction. Cette nouvelle donne oblige à repenser la manière dont nous abordons l’éducation et la formation. Il faut apprivoiser la bête, l’encadrer. On le sait, usage n’est pas maîtrise et ces technologies demandent de revoir les modes d’apprentissage. Profiter du meilleur de ces technologies et en faire un allié de la créativité humaine demande une bonne connaissance de leurs forces et limites, la capacité à générer des contextes propices à une réponse adaptée. Comme le note très bien le Conseil National du Numérique (Livre "civilisation numérique"), "(toute nouvelle technologie doit être) accompagnée de la formation d'un nouvel esprit critique et d'une culture technique permettant à chacun de préserver sa capacité de discernement". Le Laboratoire de la République : Ces technologies ont suscité un mélange de peur et d’enthousiasme sans précédent. Quels espoirs et quelles inquiétudes peut-on raisonnablement avoir vis-à-vis de ces modules ? Thierry Taboy : Il est d’abord urgent de sortir des discours manichéens qui fleurissent un peu partout et savoir raison garder. Les IAs génératives entraînent de nouveaux risques mais peuvent également être considérées comme une véritable opportunité pour celles et ceux qui gagneront en "capacitation" comme aimait à le rappeler Bernard Stiegler. Une récente étude du MIT tend d’ailleurs à montrer que l'usage de ChatGPT serait certes facteur de productivité mais surtout de réduction des inégalités une fois les personnes formées. (Experimental evidence on the productivity effects of generative artificial intelligence | Science). S’il est vrai que certains métiers sont vraiment plus à risque que d’autres, nous allons surtout devoir faire face à une transformation radicale de leurs contours. Ce qui sous-tend que plutôt qu’un remplacement de ceux-ci, ce sont les profils qui maitriseront le mieux ces nouveaux outils qui seront en situation de force en termes d’attractivité employeur. Si nous devons nous concentrer concrètement sur les risques structurels induits par ces IAs, c’est du côté des biais, de l’éthique, de la lutte contre les stratégies de désinformation (deepfake) comme du respect de la vie privée qu’il faut se pencher. C’est tout le sens du débat qui s’est tenu le 18 juillet dernier au sein du Conseil de Sécurité de l’ONU et dont le thème était « conséquences pour la paix de l’intelligence artificielle, entre « risques existentiels » et immenses promesse ». Avec les droits humains en première ligne. Pour résumer, plutôt que de lutter contre une vague inexorable, il va falloir apprendre à surfer. Le Laboratoire de la République : La levée de fonds record conclue par Mistral AI en juin a démontré que des technologies européennes ou françaises étaient en cours de développement. Est-ce suffisant ? Comment assurer la souveraineté européenne en la matière ? Thierry Taboy : Face aux montants astronomiques des investissements déployés aux Etats-Unis ou en Chine, l’Europe, malgré un retard évident, a encore une véritable carte à jouer si elle s’en donne les moyens et offre un cadre propice, une juste balance entre innovation et réglementation. De par son histoire, sa culture, la « vieille » Europe porte en elle des valeurs propices au déploiement d’IAs responsables « by design », respectueuses des droits humains, une condition essentielle à sa souveraineté. Avec des industries d’excellence à portée mondiale dans les domaines IT et une propension à s’appuyer sur leurs écosystèmes et ainsi déployer des stratégies d’innovation ouverte, l’Europe possède de réels atouts pour se démarquer. Et cela peut faire toute la différence en matière d’accessibilité, de confiance utilisateur et de différenciation marché. Le règlement européen sur les services numériques (DSA) comme le futur « AI Act » sont et seront à ce titre déterminants. Les dernières versions de l’AI Act peuvent à ce titre légitimement inquiéter par leur portée trop restrictive et des améliorations sensibles sont attendues pour réellement promouvoir l’équilibre innovation-réglementation. N’en reste pas moins vrai que la souveraineté est au cœur de l’agenda européen. Le Laboratoire de la République : De nombreuses universités ont décidé d’interdire l’usage de ChatGPT. Est-ce une stratégie tenable et intéressante ? Thierry Taboy : Selon moi, cela n’a aucun sens sauf si de telles décisions sont dictées par la nécessité de marquer une courte pause et d’en profiter pour permettre au corps enseignant de se former, de se repenser pour intégrer cette nouvelle donne dans les parcours d’apprentissage. Prenons l’exemple des écoles qui forment les futurs développeurs et développeuses. Intégrer dans leurs parcours d’apprentissage l’appropriation des IAs génératives permettra de s’appuyer sur celles-ci afin de rapidement créer les briques de bases (frameworks) et se concentrer sur des tâches plus complexes et ainsi libérer leur créativité. Cet exemple vaut également pour les étudiants ou les communicants qui auront la capacité à générer les premières ébauches de réponse, se faire surprendre par des points de vue inédits. Pour autant, il leur faudra connaître comment affiner leurs requêtes (prompts), se confronter à d’autres sources et, sur cette base, proposer leur propre vision. Comme l'écrit Jérémy Lamri, "pour résoudre efficacement les inégalités liées à la capacité de prompter les IA génératives, il est crucial d’adopter des approches interdisciplinaires. Cela signifie associer les compétences et perspectives de la sociologie, la philosophie et les sciences techniques pour mieux comprendre les attentes et les besoins spécifiques des utilisateurs." L’intégration de ces technologies demande donc aux enseignants comme aux professionnels de se réinventer pour faire en sorte que ces technologies soient au service de l’ingéniosité humaine. Le travail à mener est conséquent.  Au final, les universités et autres structures de formation qui feront la différence dans le futur seront celles qui auront privilégié l’intelligence collective tout en puisant dans ce qu’apporte ces technologies nouvelles. Refuser le train ne sauvera pas la calèche.

Émeutes et réseaux sociaux

par Benoît Raphaël le 25 juillet 2023
La mort de Nahel Merzouk à la suite d’un tir d'un policier lors d'un contrôle routier le 27 juin dernier a déclenché une vague d'émeutes et de violences dans les quartiers populaires. La diffusion sur les réseaux sociaux de la vidéo de l'événement a notamment entraîné une mobilisation sans précédent des communautés digitales, soulevant des interrogations sur l'impact de ces plateformes sur la paix sociale. Benoît Raphaël, journaliste, auteur et entrepreneur spécialisé dans l'intelligence artificielle, évoque pour le Laboratoire de la République cette question.
Laboratoire de la République : Quel rôle ont joué les réseaux sociaux dans les émeutes des derniers jours ? Quelle est leur part de responsabilité dans l'emballement et la libération de la violence ? Benoît Raphaël : Je pense tout d'abord qu'il faudrait reformuler la question : avant d'interroger la responsabilité des réseaux sociaux, il faudrait d'abord se questionner sur l'usage qui a été fait des réseaux sociaux par les émeutiers pour maintenir la pression. Les réseaux sociaux sont avant tout des médias, mais dont les « rédacteurs en chef » sont tout un chacun. De la même manière, on devrait aussi s'interroger sur le rôle des médias et en particulier des chaînes d'info en continu dans la mécanique de l'emballement. Plus généralement, on retrouve ce rôle des réseaux sociaux dans la plupart des phénomènes de révolte et de radicalisation. Les règles sont détournées par quelques-uns pour amplifier ou accélérer des phénomènes de violence ou de mobilisation. Sans porter de jugement sur le fond des revendications, on l'a vu lors des épisodes des gilets jaunes (via les groupes Facebook) mais aussi lors des émeutes anti-racistes pendant le mouvement #LiveBlackMatters aux États-Unis en 2020, puis lors de l'invasion du Capitole en janvier 2021 par les supporters radicalisés de Donald Trump (via les réseaux et messageries d'extrême droite). Et, plus récemment, lors des révoltes en Iran. Depuis le printemps arabe dans les années 2010-2011, le rôle des réseaux sociaux a toujours fait débat parmi les spécialistes : ils ont été utilisés pour mobiliser les foules et diffuser des informations en temps réel. Les militants utilisent les réseaux sociaux pour organiser des manifestations et coordonner leurs actions. Cependant, certains analystes estiment que le rôle des réseaux sociaux a été exagéré et que les mouvements de révolte étaient avant tout le résultat de facteurs politiques et économiques. Les réseaux sociaux sont utilisés pour diffuser des informations erronées et des rumeurs, ce qui contribue à la tension et à l'escalade de la violence. En fin de compte, le rôle des réseaux sociaux dans les mouvements de révolte dépend de nombreux facteurs, tels que le contexte politique et social, la technologie disponible et les compétences des militants. Laboratoire de la République : Le Président de la République a évoqué l’idée de limiter l'accès aux réseaux sociaux pendant des épisodes de violences urbaines. Est-ce la solution ? L'État en a-t-il les moyens ? Benoît Raphaël : Le problème avec ce genre d'approche, c'est qu'elle est similaire à celles qu'ont eues les dictatures pour réprimer leurs propres révoltes. Donc c'est une question à aborder avec beaucoup de prudence. En revanche, on pourrait tourner le problème différemment : les autorités pourraient utiliser les réseaux sociaux pour prévenir les émeutes en surveillant les conversations sur les plateformes et en identifiant les messages qui incitent à la violence. Les autorités peuvent également utiliser les réseaux sociaux pour diffuser des messages de prévention et de sensibilisation, en particulier auprès des jeunes. Les réseaux sociaux peuvent également être utilisés pour appuyer des initiatives d'appel à la raison ou pour saper des mouvements de panique ou de défiance à l'égard des autorités. Cependant, les autorités doivent être prudentes dans leur utilisation des réseaux sociaux, car une mauvaise utilisation peut contribuer à l'escalade de la violence. En fin de compte, les réseaux sociaux ne sont qu'un outil et ne peuvent pas remplacer une approche globale et coordonnée pour prévenir les émeutes. Laboratoire de la République : La diffusion de certaines vidéos sur les réseaux sociaux permet de soulever des débats structurants. En l'espèce, elle permet de porter un regard critique sur les méthodes de la police dans les banlieues. Ne faut-il pas aussi reconnaître l'intérêt démocratique des plateformes ? Benoît Raphaël : Oui, si vous vous souvenez, lors des mouvements des Gilets Jaunes, il a fallu attendre plusieurs mois avant que la question des violences policières soit abordée par les médias. Les signaux faibles étaient déjà très présents sur les réseaux sociaux. Laboratoire de la République : Plus spécifiquement, ce durcissement souhaité du cadre légal, s'il devait être acté, ne risquerait-il pas de créer une forme de jurisprudence susceptible de créer les conditions d'un élargissement progressif vers l'ensemble des mouvements citoyens, bridant ainsi la démocratie participative ? Benoît Raphaël : La tentation que peuvent avoir les autorités face à ces mouvements radicaux me fait penser à l'idée de la « Stratégie de la mouche » théorisée par Yuval Noah Harari, dans un article diffusé en 2016, suite aux attaques terroristes en France. La théorie est la suivante : comment détruire un magasin de porcelaine (la démocratie) quand vous êtes une mouche (le terroriste) et pas un éléphant (le peuple). Eh bien, vous adoptez la stratégie de la mouche. Vous tournez autour de l'éléphant jusqu'à le rendre fou et lui faire prendre des mesures destructrices pour la démocratie, comme par exemple monter les populations les unes contre les autres ou prendre des mesures anti-démocratiques. Il faut être très prudent et nuancé dans nos réponses à la radicalisation des mouvements, car c'est justement ce que cherchent à obtenir les extrémistes de tout bord : déstabiliser le système démocratique. On observe un phénomène similaire avec les fake news : 80 % des fake news sont partagées par 4 % des internautes (selon les observations de Frances Haugen, ex-Facebook, devant le Sénat français). Les fake news renforcent le pouvoir déstabilisant des personnes les plus radicalisées, mais cela ne concerne qu'une minorité, et cela ne veut pas dire que tout le monde est touché. Par ailleurs, la violence de certains mouvements ne doit pas permettre aux autorités de se déresponsabiliser en se bornant à pointer du doigt les plateformes numériques, et à faire oublier la profondeur du malaise social, qui nécessite qu'on la prenne en compte de façon globale et qui nourrit les mouvements les plus radicaux.

TikTok : face aux services de renseignement chinois, l’urgence d’une prise de conscience européenne

par Michel Guérin le 3 avril 2023 tik tok
Après la menace d’être interdite aux Etats-Unis et désormais, en Europe, l'application chinoise de vidéos courtes, TikTok, particulièrement populaire auprès des jeunes, est soupçonnée d'espionner notre vie privée et de récolter des données sensibles pour le compte de Pékin. Le Laboratoire de la République a demandé à Michel Guérin, ancien inspecteur général de la DGSI et ancien professeur à Sciences Po, de nous éclairer sur les objectifs technologiques des services de renseignement chinois.
Le Laboratoire de la République : la Chine apparaît depuis deux décennies comme une puissance montante dans les conflits du cyberespace. Quels sont ses objectifs ? Doit-on s'inquiéter de son influence grandissante ? Michel Guérin : La Chine veut égaler la puissance américaine et à terme la dépasser. Compte tenu de l'importance prise par le numérique dans nos sociétés, cette quête passe par la maîtrise de l'internet. D'abord au niveau intérieur, afin de contrôler la sphère domestique, d'où la volonté d'atteindre la souveraineté. Puis, il s'agit d'étendre, si possible, son influence le plus loin possible au plan international. Il faut reconnaître que les résultats sont d'ores et déjà spectaculaires puisqu'à côté des géants nord-américains, les fameux GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), on parle maintenant des BATX (Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi). Les premiers sont pratiquement voire totalement absents en Chine, alors que les seconds, maîtres chez eux, se développent en Asie et espèrent partir à l'assaut de l'Occident, bénéficiant d'un soutien du régime chinois très important. Tout le monde sait que le Parti communiste chinois veut faire de son pays une super-puissance cyber. J'ajouterai la toute première... car les Chinois ont compris qu'ils n'auront pas la suprématie mondiale s'ils ne gagnent pas la bataille du cyber. Le Laboratoire de la République : Le rapport de l'Institut de recherche stratégique de l'Ecole militaire (Irsem) montre l'ampleur des réseaux d'influence développées par la Chine. La France ainsi que ses alliés (ex : l'Union européenne) ont-ils les moyens de les combattre ? Michel Guérin : La question n'est pas de savoir si on a les moyens mais si on a la volonté de se les donner. Cela commence par la nécessité d'une prise de conscience qui, n'en doutons pas, après quelque retard à l'allumage, est apparue, le rapport de l'Irsem en étant un bel exemple. Il convient de sortir d'un certain angélisme que nos sociétés occidentales, surtout européennes, ont manifesté trop longtemps vis-à-vis de l'Empire du milieu. L'appât du gain, la perspective d'accéder à un marché fabuleux ne peuvent pas tout expliquer, d'autant qu'ils se sont avérés bien trop souvent chimériques, ou à tout le moins semés d'embûches. Dans le monde contemporain, les Etats sont engagés dans une compétition féroce où les coups bas sont fréquents. A cet égard, le renseignement et la recherche d'appuis et de vecteurs pour diffuser sa vérité et étendre son influence jouent un rôle primordial. Pour les contrecarrer, la première chose est de les connaître. Cela est le rôle des services de renseignement qui alertent. Ensuite, il faut que leurs mises en garde soient entendues par les décideurs et qu'apparaissent une prise de conscience au niveau des opérateurs, économiques ou autres, via une bonne sensibilisation. Selon l'adage disant qu'une personne avertie en vaut deux, il convient alors d'adopter la bonne attitude ou prendre des mesures adéquates afin d'éviter que toutes ces actions d'influence, de propagande ou de pénétration réussissent.  Alors, oui, les moyens existent ! Le Laboratoire de la République : Les institutions fédérales américaines, la Commission européenne, le Parlement européen et plusieurs gouvernements occidentaux ont interdit le réseau social chinois TikTok sur les appareils professionnels, invoquant des inquiétudes en matière de sécurité des données. Quel est le poids du renseignement dans les conflits modernes ? Quelles évolutions avec les réseaux sociaux ? Michel Guérin : De tout temps, le poids du renseignement dans les conflits a été important. Si sa présence était souvent occultée, ce n'était pas à cause d'une absence mais d'un manque d'intérêt des chroniqueurs pour cette chose par nature cachée et donc se prêtant mal à la lecture et à l'analyse. Les choses ont évolué avec l'apparition des intelligence studies, et maintenant tout le monde a bien conscience de son rôle. Il est même considéré primordial dans certains domaines comme celui de la lutte contre le terrorisme que l'on considère comme une "guerre de renseignement". En effet, sans renseignement, on ne peut anticiper, prévenir ou neutraliser. Sans renseignement on est sourd et aveugle. L'apparition des réseaux sociaux n'a rien changé fondamentalement, elle a simplement modifié la donne, le renseignement s'y adaptant et s'en servant à la fois dans ses modes offensif et défensif. Ainsi, si on peut redouter, au plan technique, la mise en place de back doors et autres dispositifs permettant, dès lors qu'ils sont installés sur un appareil, de "pomper" les données que celui-ci contient, ils peuvent être utilisés comme supports pour des actions classiques de renseignement. Par exemple, c'est le cas pour l'approche ou le recrutement de sources humaines, comme l'ont récemment indiqué des informations parues dans les médias concernant l'utilisation, afin d'arriver à leurs fins, de Linkedln  par les SR chinois, avec la création de profils fictifs, ou Leboncoin par les SR russes. Servant de vecteurs aux célèbres fake news, qui ne rélèvent ni plus ni moins que de la très classique désinformation, les réseaux sociaux ont été également abondamment utilisés, et continuent de l'être, par les organisations djihadistes pour leur propagande et leur recrutement.

Le Laboratoire
de la République

Pour rester informé
inscrivez-vous à la newsletter

S'inscrire