Chers amis, Nous, Républicains convaincus, sommes nombreux à nous inquiéter des nouvelles radicalités issues des deux extrêmes de notre champ politique. Ces revendications identitaires de toute nature remettent en cause l’héritage universaliste des Lumières et morcellent dangereusement notre corps politique. Ces extrémismes de tous bords imposent des lignes de partage arbitraires entre les sommés de se taire et les sommés de s’offenser, entraînant dans leur sillon certains de nos concitoyens dans un discours et une attitude de défiance, qui sèment la haine et encouragent la violence. Face à ces idéologies, animées par des minorités activistes très organisées, des voix républicaines[...]

Du 29 au 31 août 2024 : Université d’été du Laboratoire de la République à Autun

le 24 mai 2024 visuel-univ-ete-article
Du 29 au 31 août 2024, l'Université d’été du Laboratoire de la République prend ses quartiers à Autun, au cœur de la Bourgogne, 3 jours pour réfléchir, inspirer et échanger sur les grands enjeux de notre République. Ouverte à tous, cette première édition est placée sous le signe de la Jeunesse et des territoires.
Autour de thèmes tels que la laïcité, la démocratie, l'écologie, la défense, la technologie et bien d'autres, cette nouvelle initiative favorisera les échanges entre les jeunes et les acteurs locaux, invitant les jeunes citoyens à prendre part activement à la construction de notre avenir commun. En plus des débats d'envergure nationale, cette édition accordera une attention particulière aux enjeux locaux, permettant ainsi aux participants de mieux comprendre les réalités et les défis propres à chaque territoire. Les associations locales seront également mises à l'honneur, invitées à partager leurs projets et leurs préoccupations, nourrissant ainsi le lien entre la société civile et les acteurs économiques et publics. Ces rencontres seront également l’occasion de lancer la "Fresque de la République", un atelier ludique et interactif invitant les participants à des prises de conscience et à l’engagement. Ensemble, engageons-nous à renforcer notre démocratie et notre République, en unissant les voix de la Jeunesse à la diversité de chaque territoire. C’est dans cet esprit de dialogue et de collaboration que le Laboratoire de la République a construit son Université d’été 2024, fidèle à ses principes fondamentaux et déterminé à relever les défis du XXIe siècle. Rejoignez-nous les 29, 30 et 31 août prochains ! Quand ? Du jeudi 29 août au samedi 31 août 2024 Où ? Autun 71400, Saône-et-Loire, Bourgogne-Franche-Comté Pour vous tenir informé, n'hésitez pas à remplir le formulaire ci-dessous :

Israël-Palestine : « L’Europe est une force de paix » ENTRETIEN EXCLUSIF AVEC JEAN-MICHEL BLANQUER

par Yasmina Asrarguis le 15 mai 2024 Yasmina_JMB
Dans cet entretien avec Yasmina Asrarguis, chercheur spécialiste de la paix au Moyen-Orient, Jean-Michel Blanquer analyse l'importation du conflit israélo-palestinien au sein des sociétés européennes. Selon l’ancien ministre de l’Éducation, le massacre du 7 octobre ainsi que l'escalade de la guerre au Moyen-Orient accentuent la crise que l’Europe traverse depuis le début du conflit opposant Moscou à Kiev. La violence et la volatilité des relations internationales imposent un réengagement européen et une réelle éducation à la paix fondée sur la transmission de l’histoire et des valeurs démocratiques. Face à la montée des menaces aux portes de l’Europe, Jean-Michel Blanquer préconise une approche proactive face aux divers conflits de notre temps et propose de soutenir les peuples et territoires pouvant servir de pôles démocratiques au Moyen-Orient, qu’il s’agisse des Kurdes, des Arméniens, des Israéliens ou encore les opposants aux régimes polémogènes que sont la Turquie et la République islamique d’Iran.
Yasmina Asrarguis : Quelle est votre analyse du contexte géopolitique en Europe, notamment depuis le 7 octobre et la reprise de la guerre au Moyen-Orient, en particulier à Gaza ? Jean-Michel Blanquer :  Le climat actuel est difficile. Tout d'abord, cela rappelle de manière brutale le potentiel de résurgence de la guerre, non seulement au Moyen-Orient, mais aussi dans d’autres régions du monde. La crise représentée par la guerre entre la Russie et l'Ukraine a encore accentué les préoccupations et l'anxiété contemporaines concernant le retour des conflits, même dans des régions où l'on pensait que ce mode de résolution des différends était révolu. Cette lourdeur est le premier élément, car elle définit le contexte mondial et international dans lequel se déroule la guerre actuelle entre Israël et le Hamas. Des actes de barbarie, comme l'attaque du 7 octobre, ou des actes d'agression, comme l'attaque de la Russie contre l'Ukraine, qui pouvaient sembler relégués à une époque révolue, sont toujours présents dans notre monde. Malheureusement, notre réalité est loin de l'idéal kantien de résolution des conflits par le droit. Le deuxième facteur majeur qui contribue au climat difficile est l'importation du conflit dans nos sociétés. Les importantes communautés musulmane et juive en France augmentent le risque de transposition des conflits. Il est crucial que nous soyons sages, intelligents, et ouverts d'esprit pour éviter que les situations ne soient réduites à des choix binaires. Que ce soit au sein des communautés musulmane ou juive, ou dans la société en général, il est essentiel de cultiver la nuance et de favoriser le dialogue. Cette question est aujourd'hui d'une importance capitale, et heureusement, tous les musulmans ne soutiennent pas le Hamas, et tous les juifs ne soutiennent pas Netanyahu. Adopter cette subtilité est crucial pour éviter le risque de confrontation entre communautés. Yasmina Asrarguis : Comment percevez-vous les réactions de la classe politique française en matière de conflit israélo-palestinien ? Pensez-vous qu'il y’ait une réelle fracture au sein de la population sur cet enjeu ? Jean-Michel Blanquer :  Il y a une division partielle, mais pas totale, et cette division n'est pas binaire non plus. La grande majorité de la société française a été horrifiée par les événements du 7 octobre et comprend clairement qu'Israël est l'agressé et que le Hamas est l'agresseur. L'extrême gauche s'est disqualifiée dans cette séquence en refusant de reconnaître l'évidence et en pratiquant une forme de nouveau négationnisme. La France a également connu des attaques et sait, de sa propre expérience, le danger du terrorisme islamiste et de l'islamisme politique en général. Contrairement à ce que beaucoup disent, je pense que la grande majorité des Français est solidaire d'Israël, et les débats internes ont évidemment plus à voir avec la manière dont Israël répond à cette situation. Ici, bien sûr, il y a des différences au sein de la société française. Elles ne sont pas binaires, et c'est, avant tout, un spectre d'approches qui vont du soutien complet au gouvernement israélien à, malheureusement pour certains, un quasi-soutien au Hamas. Dans ce contexte, nous devons réaliser qu'Israël est attaqué ; ensuite, qu'il est inévitable qu'Israël réagisse pour chasser ou, au moins, neutraliser le Hamas ; et troisièmement, il faut comprendre l'importance d'arriver rapidement à des discussions pacifiques pour limiter les pertes humaines de cette guerre et travailler vers une solution à deux États. Yasmina Asrarguis : Pensez-vous qu'il soit nécessaire d’introduire l'éducation à la tolérance, à la diversité, et aux cultures dans les écoles françaises et européennes, ou nos décideurs devraient-ils donner la priorité aux négociations diplomatiques conduisant à la paix ? Jean-Michel Blanquer :  C'est sans aucun doute multifacette. Il y a les deux aspects que vous venez de mentionner, ainsi que d'autres, et nous devons aborder tous ces aspects de manière complète. Dans les écoles, favoriser la compréhension de la diversité est, bien sûr, crucial. Je crois que nous transmettons actuellement des messages positifs à nos enfants, contrairement à ce qui se passe, par exemple, avec les enfants palestiniens, qui sont élevés pour nourrir de l'animosité envers les Juifs. Malheureusement, aujourd'hui, nous devons faire plus et renforcer nos efforts sur cette question, qui dépasse le conflit israélo-palestinien. Cela concerne plus généralement la manière dont nous préparons les enfants à vivre dans une société ouverte et tolérante, qui embrasse la liberté d'expression, la liberté religieuse, la liberté d'être soi-même, le tout dans un cadre commun où il n'y a pas de place pour le prosélytisme. En matière de capacité européenne à conduire des négociations diplomatiques, l'Europe est une force de paix. Personne, y compris les non-Européens, ne devrait se réjouir de l'effacement de l'Europe de la scène diplomatique régionale. Les accords d'Oslo ont démontré que la Norvège pouvait jouer un rôle crucial. L'Europe n'est pas la Norvège ; c'est autre chose. Cependant, les différences entre les pays européens, notamment entre la France, l'Angleterre (qui reste européenne), l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et la Pologne, peuvent contribuer à une forme de médiation plurielle. Cela permettrait que les liens entre chaque pays européen et chaque pays du Moyen-Orient soient utiles pour faire avancer la paix. Yasmina Asrarguis : Quel rôle pensez-vous que l'éducation à la paix pourrait jouer sur le terrain au Moyen-Orient ? Jean-Michel Blanquer :  Parmi les évolutions alarmantes au Moyen-Orient, la situation avec l'UNRWA se distingue, car des bombes humaines ont été fabriquées par le biais d'une éducation fondée sur la haine. Je suis profondément frustré par ceux, de tous côtés, qui étaient conscients de ce problème, n'ont pris aucune mesure. Il est évident que l'éducation façonne l'avenir, et l'histoire y joue un rôle crucial. Nous devons encourager le volontarisme et l'optimisme pour résoudre ce problème. Pendant mon mandat en tant que ministre de l'Éducation, en collaboration avec Alain Lamassoure au Conseil de l'Europe, nous avons créé un Observatoire sur l'enseignement de l'Histoire. Il y avait une préoccupation croissante concernant le manque d'importance accordée à l'enseignement de l'histoire. Par exemple, dans de nombreux pays européens, l'histoire n'est qu'une matière optionnelle. En France, en tant que ministre de l'Éducation, j'étais déterminé à repenser les programmes d'histoire au lycée, en introduisant une nouvelle discipline englobant l'histoire-géographie, les sciences politiques et la géopolitique. Cette approche interdisciplinaire permettait une compréhension complète du Moyen-Orient. Contrairement à une tendance mondiale, ces trois ou quatre dernières années, les élèves français ont acquis une culture plus approfondie sur ces sujets. Au Conseil de l'Europe, notre objectif a été de garantir que l'histoire soit enseignée de manière adéquate dans tous les pays membres. C'est un progrès significatif, avec des pays comme l'Arménie et l'Azerbaïdjan qui rejoignent cette initiative. Concernant le contenu de l'éducation, nous devons respecter la souveraineté des États, et il n'est pas envisageable d'avoir une autorité internationale qui supervise les contenus. Cependant, la coopération entre les États peut faciliter le développement de programmes appropriés. Cette approche a été fructueuse dans certains pays et devrait être poursuivie à l'avenir. Cela implique de favoriser les échanges entre historiens, d'organiser des conférences entre historiens israéliens et palestiniens, avec la participation d'autres nationalités. Un véritable Erasmus des enseignants d'histoire du Moyen-Orient et d'Europe pourrait jouer un rôle considérable, car c'est par le biais des enseignants que nous pouvons avoir un impact sur les élèves et les générations futures. L'accent doit également être mis sur les manuels scolaires, qui relèvent de la compétence des États et qui pourraient faire l'objet d'efforts collaboratifs entre Européens et Palestiniens pour obtenir des résultats éducatifs positifs pour les enfants, en mettant l'accent sur l'éducation plutôt que sur l'endoctrinement. Yasmina Asrarguis : Quelles devraient-être, selon vous, les priorités géopolitiques d’un agenda européen visant à stabiliser le Moyen-Orient ? Jean-Michel Blanquer :  À court terme, garantir la sécurité d'Israël et protéger la population civile à Gaza est crucial. Il est important de reconnaître que le Hamas porte la responsabilité principale d'avoir déclenché la guerre et de mettre en danger la population civile. Malgré cela, nous devons maintenir notre attention sur des mesures humanitaires concrètes pour évacuer les populations civiles. Cela devrait impliquer des contributions accrues des pays arabes voisins et toutes les actions qui peuvent prévenir des morts civiles. Ce sont des enjeux essentiels à court terme. Pour l'avenir, il faudra concentrer les efforts pour contenir les risques d'extension par le biais de la diplomatie et de diverses formes de dissuasion à long terme. Bien que ce soit un sujet vaste, il est impératif d'aborder le Moyen-Orient et son avenir avec créativité. Les débats actuels tournent souvent autour d'une vision défensive des valeurs démocratiques, républicaines et libérales. La mentalité prédominante vise à limiter les dégâts face à la force et au pouvoir des idéologies autoritaires et radicales. Les démocraties libérales, qu'il s'agisse d'États individuels ou de forces démocratiques au niveau mondial, doivent changer d’approche intellectuelle et stratégique, passant de la simple limitation des dégâts à devenir des forces proactives. Il est crucial de renouveler l'idéal démocratique souhaitable pour tous, dans le monde entier, et particulièrement au Moyen-Orient. En termes pratiques, il faut des idées et des propositions sur les points de soutien démocratique actuels au Moyen-Orient et sur leur évolution future. Pour ma part, je considère la cause kurde en Syrie comme un point crucial de soutien démocratique. Elle démontre qu'une société musulmane ouverte, libérale, tolérante et organisée peut aspirer à établir un système démocratique dans une région actuellement au cœur de l'autoritarisme. D'autre part, j'observe l'Arménie, qui est attaquée par l'Azerbaïdjan et prise en tenaille entre la Turquie et l'Azerbaïdjan. L'Arménie elle-même représente encore un pôle démocratique, même si, à ce stade, elle illustre principalement la position défensive que j'ai mentionnée plus tôt. Néanmoins, elle a le potentiel de servir de modèle pour une société pertinente au Moyen-Orient. De plus, j'identifie Israël comme étant une démocratie, malgré les divisions internes significatives qu'elle a subies. Malheureusement, elle a vu émerger des forces extrémistes qui contribuent à l'atmosphère de violence au Moyen-Orient. Deuxièmement, il y a des pays dont la bonne volonté pacifique et l'ouverture aux valeurs du respect du droit se sont manifestées ces dernières années, notamment ceux qui ont signé les accords d'Abraham. C'est évident dans le cas des Émirats arabes unis et du Maroc, et j'espère que cette tendance se poursuivra avec d'autres pays. Les transformations en cours en Arabie saoudite sont intéressantes et montrent que les valeurs libérales n'ont pas toujours besoin d'adopter une posture défensive. Il y a des opportunités de progrès de temps en temps. Troisièmement, il y a l'évolution de certains régimes qui sont devenus polémogènes. Ici, je pense principalement à l'Iran et à la Turquie, deux grandes civilisations confrontées à des avancées sociétales importantes qui ouvrent la voie à un avenir différent au-delà de l'islamisme politique. Il est intéressant de noter que ces deux pays cherchent à avoir un impact considérable sur notre paysage politique interne de manière agressive et sérieuse. En réponse, nous devons aussi tenter d'influencer leurs dynamiques politiques internes. Je pense notamment à l'opposition iranienne et à l'opposition turque. Nous devons aider ces pays à devenir des forces démocratiques dans les temps à venir, car cela jouera un rôle crucial dans la recherche de la paix. Kant, dans "Perpetual Peace" établit un lien direct entre la démocratie interne des États, le respect du droit d'une république libre (état de droit), et les actions externes. La géopolitique souligne souvent que les démocraties ne se font généralement pas la guerre. Je crois fermement que la question de la liberté est intimement liée à la question de la paix. De plus, le fil conducteur qui relie ces deux points est le thème de l'éducation, car il faut des citoyens éclairés pour promouvoir une paix durable.

La voix de la jeunesse : quels défis et quelles représentations de l’Union européenne ?

par L'équipe du Lab' le 23 avril 2024 trois jeunes du Laboratoire de la République pour des questions européennes
Dans le cadre des élections européennes, le Laboratoire de la République interroge certains de ses membres les plus jeunes pour recueillir leur vision de l'Union européenne (UE), les défis qu'elle doit relever et leurs attentes vis-à-vis des prochaines élections. Dans cet entretien croisé, Emma, Carla et Théo partagent avec nous leurs opinions et leurs perspectives sur l'avenir de l'Union européenne.
Le Laboratoire de la République : Que représente l’Union européenne, pour vous, en tant que jeunes citoyens européens ? Théo : Lorsque l'on évoque l'Europe, il est impossible de ne pas mentionner Erasmus pour les étudiants. Ce programme, parmi d'autres initiatives de l'Union européenne, se révèle particulièrement intéressant. Je pense aussi aux subventions accordées pour de multiples projets publics ou associatifs. Cela démontre que l'Union européenne constitue une ressource précieuse pour les États membres. Cependant, il est essentiel de reconnaître la montée de l'extrême droite, symbolisée par des figures telles que Viktor Orbán, qui suscite des inquiétudes quant à l'avenir de l'Union européenne. Carla : À la rentrée prochaine, je participerai à un programme Erasmus, et j'envisage la Suède comme destination. Je suis très enthousiaste à l'idée de perfectionner mon anglais tout en découvrant une nouvelle culture. C'est une opportunité unique qui pourrait ne pas se représenter. En discutant avec d'autres jeunes, même ceux qui ne sont pas dans le domaine des sciences politiques, je constate un manque d'informations sur les avantages concrets de l'Union européenne en dehors du programme Erasmus. Bien sûr, nous savons qu'elle favorise le progrès économique et social à l'échelle nationale, ainsi que les alliances et le libre-échange. Cependant, en tant que jeunes, nous ne sommes pas suffisamment informés sur les bénéfices tangibles de l'UE, ce qui peut nous décourager de nous impliquer, par exemple, dans le processus électoral. Nous percevons surtout l'Union européenne comme une grande entité technocratique, sans réellement saisir ses bienfaits au quotidien. L'accès à la connaissance de l'Union européenne est limité aux parcours académiques spécifiques tels que la science politique, le droit, les relations internationales, voire les cursus universitaires spécialisés dans le domaine. Cependant, au niveau du collège, du lycée et dans d'autres filières, il n'existe pas de cours ou de formations sur le fonctionnement de l'Union européenne. Dans les cours d'éducation morale et civique, il faut renforcer l'enseignement sur ce sujet, en particulier en expliquant le fonctionnement des institutions européennes, leur utilité et ce qu'elles ont déjà accompli. Cela aiderait les élèves à envisager leur potentiel futur rôle. En outre, à court terme, je pense qu'il serait bénéfique de trouver des personnalités, telles que des porte-parole, influenceurs ou youtubeurs, auxquelles les jeunes pourraient s'identifier. Emma : Pour moi, l'Union européenne représente une plateforme de coopération politique, économique, et géopolitique, avec un accent particulier sur la garantie de sécurité et la coopération dans divers domaines, tels que le changement climatique. Bien que l'UE puisse parfois imposer des lois uniformes sans tenir compte des spécificités nationales, je considère que ses impacts sont généralement positifs, favorisant le changement collectif. En ce qui concerne la résolution de conflits et le changement climatique, je crois fermement que ces problèmes doivent être traités collectivement au niveau européen, étant donné leur nature mondiale. L'UE peut jouer un rôle crucial dans des domaines tels que la défense et la diplomatie, renforçant ainsi son influence sur la scène mondiale. Concernant le changement climatique, je soutiens l'idée que l'UE devrait prendre des mesures préventives, en encourageant également les pays moins développés à s'engager dans des initiatives collectives. Cependant, il est essentiel de maintenir l'identité propre à chaque gouvernement au sein d'une Europe des nations, où les décisions partagées n'exercent pas de domination, mais ont tout de même un impact significatif sur la vie quotidienne et la gouvernance nationale. Le Laboratoire de la République : Quels défis doit-elle surmonter aujourd’hui ? Carla : Selon moi, le principal défi actuel est le coût de la vie. En tant qu'étudiante, je pense que nous sommes particulièrement concernés par cette question. C'est un défi crucial que l'Union européenne doit sérieusement considérer, comme cela a été récemment mis en évidence, notamment par les manifestations des agriculteurs. Théo : Effectivement, l'Union européenne exerce un rôle de régulateur sur le marché agricole. Cependant, je crois que certains enjeux restent méconnus, car il est essentiel de se rappeler que l'Union européenne repose avant tout sur ses institutions, notamment la Cour de justice. Cette institution est chargée d'interpréter et d'appliquer les traités, mais nous observons parfois un non-respect de ces traités de la part de certains États, entraînant des sanctions. Cela soulève des questions sur la santé démocratique de ces États, une problématique à laquelle l'Union européenne doit s'atteler. Carla : Je partage également cette opinion, et je viens de réaliser qu'il existe un enjeu crucial en matière de désinformation et d'intelligence artificielle, auquel l'Union européenne doit absolument s'attaquer. Emma : L’Union européenne doit maintenir une cohésion face à la montée des grandes puissances. Je pense qu’en forgeant une identité européenne solide, les défis géopolitiques allant des guerres au changement climatique peuvent être surmontés. Particulièrement étant donné que je vis en Angleterre, je sens que le fait de manifester contre le Brexit a renforcé l’identité européenne des jeunes. Récemment, j’ai également pris part à une discussion sur la jeunesse européenne, où plusieurs d’entre nous, Anglais, avons exprimé un certain déni face au Brexit. Nous avons souligné que notre identité européenne dépasse les décisions politiques prises par nos dirigeants, et que, peu importe le contexte politique et les orientations de nos gouvernements, nous sommes unis par des valeurs communes et des objectifs pour l’avenir. Le Laboratoire de la République : Quelle est votre opinion sur le sens des élections européennes pour l'avenir de l'Union européenne ? Considérez-vous qu'il est crucial de participer à ces élections ? Emma : Oui, je prévois d’aller voter, c’est certain. Même en tant qu’expatriée en Angleterre, je demeure française et donc européenne. Je pense qu’il est crucial de comprendre l’importance de cet enjeu. Pour être franche, les prévisions indiquent que le parti d’extrême droite français remportera ces élections, ce qui rend d’autant plus essentiel de se rendre aux urnes. Ce qui m’inquiète également, c’est la présidence du Conseil par le gouvernement hongrois, à partir de juillet 2024, reconnu pour son recul démocratique. Cela renforce l’urgence de voter et de soutenir des candidats partageant nos valeurs, ceux qui promouvront les résolutions économiques, sociales et écologiques que nous aspirons à voir mises en œuvre, plutôt que de laisser les partis extrémistes freiner notre progrès dans ces domaines. Il est nécessaire de créer une opposition afin que nos opinions soient représentées au Parlement européen, et que ces partis extrémistes ne dominent pas le paysage politique. Avec la possibilité que Trump soit réélu dans l’année à venir, il est crucial que nos représentants continuent à soutenir l’Ukraine en fournissant une aide militaire, économique et diplomatique. Il est donc primordial pour moi de m’assurer que les personnes pour lesquelles je vote maintiendrons cette position, d’autant plus que l’Union Européenne sera le seul véritable fournisseur d’aide à l'Ukraine dans le cas de la réélection de Trump. Théo : Il serait pertinent d'effectuer un sondage pour évaluer le niveau de connaissance des jeunes sur le fonctionnement de l'Union européenne, notamment en identifiant quelles institutions sont associées aux élections européennes. Il est clair qu'il existe une confusion, comme l'exemple récent où Emmanuel Macron a présidé le Conseil européen, qui n'est pas le Parlement européen. Il est donc crucial de clarifier les rôles de chaque acteur au sein de l'Union européenne. Étant donné que le Parlement européen prend des décisions, il est essentiel de voter. Il est préoccupant de constater que de nombreux populistes accèdent à des sièges au Parlement, ce qui est incohérent avec leurs discours et les attentes qui leur sont fixées en tant qu'élus. Il est nécessaire de rendre les connaissances sur l'UE plus accessibles, tout en veillant à ce que cette démarche ne se réduise pas à des confrontations politiques superficielles, mais englobe également des débats de fond. Carla : C'est la première fois que je voterai. Il est important de participer aux élections européennes, car le résultat de ces élections influencera également la politique nationale en France. Si nous laissons l'extrême droite remporter ces élections, cela ouvrirait la voie à leur victoire à la prochaine élection présidentielle. C'est une raison majeure pour laquelle il est primordial de voter, en plus des actions que peut entreprendre l'Union européenne. Emma Vidal de Saintignon est étudiante en Science politique et en relations internationales à l'University College de Londres. Elle est impliquée dans des associations diplomatiques et de relations internationales. Carla Diaz est inscrite en première année de licence de science politique et est également membre du journal Lill’bertin de l’Université de Lille. Théo Fouquer travaille pour la Fondation de la Catho de Lille, où il se charge de récolter des fonds (mécénat). Il a obtenu sa licence en sciences, technologie et santé, et il vient de commencer un master en sociologie, spécialisé en Économie Sociale et Solidaire, à l’Université Catholique de l’Ouest qui se situe à Angers, en parallèle d’un double cursus en école de commerce (ESSCA)
Télécharger ouvrage "Europe, maîtriser notre ouvrage"
Achat sur Amazon de l'ouvrage "Europe , maîtriser notre avenir"

Contribuer au laboratoire

Si vous souhaitez vous engager avec nous dans le Laboratoire de la République, plusieurs solutions…

Notre dernière vidéo

Conférence : « Une géopolitique de la démocratie en Orient »

Le Laboratoire
de la République

Pour rester informé
inscrivez-vous à la newsletter

S'inscrire