Chers amis, Nous, Républicains convaincus, sommes nombreux à nous inquiéter des nouvelles radicalités issues des deux extrêmes de notre champ politique. Ces revendications identitaires de toute nature remettent en cause l’héritage universaliste des Lumières et morcellent dangereusement notre corps politique. Ces extrémismes de tous bords imposent des lignes de partage arbitraires entre les sommés de se taire et les sommés de s’offenser, entraînant dans leur sillon certains de nos concitoyens dans un discours et une attitude de défiance, qui sèment la haine et encouragent la violence. Face à ces idéologies, animées par des minorités activistes très organisées, des voix républicaines[...]

Du 29 au 31 août 2024 : Université d’été du Laboratoire de la République à Autun

le 27 juin 2024 Visuel Université d'été d'Autun
Du 29 au 31 août 2024, l'Université d’été du Laboratoire de la République prend ses quartiers à Autun, au cœur de la Bourgogne, 3 jours pour réfléchir et échanger sur les grands enjeux de notre République. Ouverte à tous, cette première édition est placée sous le signe de la Jeunesse et des territoires.
Présentation_Universitédété_Laboratoire_de_la_République_2024Télécharger Mise à jour le 18/07/2024 Programme prévisionnel Inscription obligatoire

Jean-Michel Blanquer : « Jamais l’offre politique n’a été autant en inadéquation avec la demande »

le 27 juin 2024 Jean-Michel Blanquer_Le_Point
EXCLUSIF. L’ex-ministre de l’Éducation nationale regrette que le « en même temps » soit apparu, à partir de 2022, comme une « série de zigzags ». Et juge la tripolarité « mortifère ».
Propos recueillis par Jérôme Cordelier Publié le 26/06/2024 à 06h20, mis à jour le 26/06/2024 à 08h07 Jean-Michel Blanquer sort du silence. Celui qui fut un des piliers du premier quinquennat d'Emmanuel Macron, au poste stratégique de ministre de l'Éducation qu'il a occupé de bout en bout durant cinq ans (longévité record), ne s'était pas exprimé depuis l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale par le président de la République. En exclusivité pour Le Point, le professeur de droit public à l'université Paris 2 Panthéon-Assas et fondateur du cercle de réflexion et d'action Laboratoire de la République tire les premiers enseignements politiques et institutionnels du séisme politique que nous vivons. Jean-Michel Blanquer sort du silence. Celui qui fut un des piliers du premier quinquennat d'Emmanuel Macron, au poste stratégique de ministre de l'Éducation qu'il a occupé de bout en bout durant cinq ans (longévité record), ne s'était pas exprimé depuis l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale par le président de la République. En exclusivité pour Le Point, le professeur de droit public à l'université Paris 2 Panthéon-Assas et fondateur du cercle de réflexion et d'action Laboratoire de la République tire les premiers enseignements politiques et institutionnels du séisme politique que nous vivons. Le Point : On ne vous a pas entendu depuis le choc de la dissolution. Pourquoi ? Vous avez été sidéré par cette décision comme nombre de Français ? Jean-Michel Blanquer : Il faut prendre le temps de la réflexion avant de s'exprimer. Les circonstances sont graves. Elles exigent de parler avec parcimonie et justesse si l'on veut être entendu et si l'on cherche ce qui permettra à la France de sortir par le haut de cette crise. Vous qui avez été l'un des piliers des gouvernements Macron pendant cinq ans, quelle lecture faites-vous de la confusion politique actuelle ? Jamais l'offre politique n'a été autant en inadéquation avec la demande politique. J'ai le sentiment que trois Français sur quatre veulent pour l'essentiel la même chose : une société avec plus d'ordre et de justice, un pays qui saurait mieux maîtriser son destin par une ligne claire et équilibrée. Or, ils n'ont pas les canaux politiques pour réaliser cette attente. C'était la promesse de 2017. À mes yeux, elle garde toute sa valeur mais elle a été perdue en chemin. En premier lieu, il y a eu une déstructuration de l'offre politique à partir du moment où le « en même temps » est apparu, en 2022, comme une série de zigzags au lieu d'être un dépassement des clivages par le haut. Cela supposait en particulier une ligne républicaine claire, simple et constante. J'ai été l'un des inspirateurs et des fermes soutiens du discours des Mureaux d'octobre 2020. Si cette ligne d'autorité républicaine avait été tenue jusqu'à aujourd'hui, il y aurait eu en 2022 une majorité absolue et nous serions actuellement dans une situation stable et sereine. « Le face-à-face macronisme-lepénisme ne peut rien porter de bon. Et la tripolarité avec une gauche inféodée à LFI est plus mortifère encore. On doit rétablir de la biodiversité politique. » En second lieu, l'offre politique est confuse parce qu'on a laissé monter les extrêmes, ce qui a d'abord détruit la gauche et la droite républicaines et menace maintenant le centre. Le face-à-face macronisme-lepénisme ne peut rien porter de bon. Et la tripolarité avec une gauche inféodée à LFI est plus mortifère encore. On doit rétablir de la biodiversité politique. Cela signifie que l'on doit appeler l'électorat, non pas à un front républicain, mais à un vote pour les partis républicains. Ce n'est pas la même chose. Il faut desserrer l'étau. Il faudra ensuite des coalitions saines permettant de gouverner le pays. Aujourd'hui, chaque circonscription est un cas particulier. Et la seule certitude est qu'il faut empêcher à tout prix les duels de deuxième tour entre le soi-disant « Nouveau Front populaire » et le soi-disant « Rassemblement national ». Au passage, notons que jamais deux noms n'ont été si mal portés. Édouard Philippe, François Bayrou, Bruno Le Maire et même Gabriel Attal ont pris leur distance avec le chef de l'État. Et vous ? J'ai une âme de mousquetaire. Je ne lâche jamais une cause ou un être que je sers. Mais, dans mon cas, c'est le président qui a pris ses distances parce que ma ligne agaçait par son républicanisme intransigeant. Édouard Philippe a pour la première fois acté sa rupture avec Emmanuel Macron en lui reprochant d'avoir « tué (sa) majorité ». Il a raison ? Ces questions devront être traitées et approfondies après les élections législatives. Ce qui compte maintenant, c'est que les forces républicaines l'emportent dans un maximum de circonscriptions. Gabriel Attal joue-t-il pour son camp ou pour lui-même ? Gabriel Attal a des talents de communication que personne ne conteste. Ils n'ont pas servi à empêcher la montée du RN, dont l'écart avec Renaissance a triplé de janvier à juin. Espérons que son implication actuelle sera plus efficace pour son camp. Peut-on éviter que ces élections se réduisent à un affrontement RN LFI ? Oui ! C'est une question de volonté. Encore une fois, c'est un enjeu d'offre politique. La proposition du camp républicain ne peut pas n'être que défensive. Ce ne doit pas être seulement d'empêcher les extrêmes d'arriver au pouvoir. Elle doit correspondre à un projet de société. L'environnement, l'éducation, la santé, la sécurité sont les piliers de cette définition d'un bon avenir pour nos enfants. Il y a tant de choses à proposer. Les idées ne manquent pas. Nous sortirons de cette nasse par un nouveau projet de société, pas en nous enfermant uniquement dans la lutte contre les extrêmes. Le retour à l'équilibre des comptes passera par un changement complet d'approche de la dépense publique. Nous dépensons beaucoup trop pour réparer et pas assez pour investir. La prise en compte des grandes révolutions de notre temps, je pense surtout à l'intelligence artificielle, et des grands défis présents – environnementaux et géopolitiques en particulier – appellent à une nouvelle créativité politique. C'est pourquoi la recomposition politique devra être totale. Pensez-vous qu'une coalition de modérés soit encore possible ? Qui pourrait l'incarner ? Oui, une coalition de modérés est possible. Mais aujourd'hui, il faut surtout avoir le sens du collectif. L'incarnation ne doit pas précéder le projet. Il y a plus le trop-plein que le vide en la matière. N'excluons pas l'hypothèse d'une personnalité neuve en mesure de fédérer des forces différentes. Bernard Cazeneuve, Manuel Valls et Jérôme Guedj sont les trois seuls à avoir dénoncé l'accord du Nouveau Front populaire avec LFI. Pourquoi sont-ils si isolés à gauche ? Ces trois hommes sont très estimables. Ils ont sauvé l'honneur de la gauche. C'est certainement avec eux qu'il faudra compter pour qu'elle se reconstruise sur des bases saines. Le Nouveau Front populaire est un déshonneur pour ceux qui viennent de s'y adonner. Ils usurpent un nom glorieux pour une cause honteuse. Comment au XXI siècle peut-on s'associer à un parti dont l'antisémitisme est malheureusement avéré ? ! Qu'auraient dit les mêmes si des personnalités de droite avaient fait le même calcul ? On peut paraphraser la formule utilisée envers les munichois : « Ils ont perdu et leur honneur et la guerre. » Car s'asseoir sur ses valeurs est non seulement une faute morale mais aussi une erreur stratégique. Former un cartel purement électoral pourrait ne pas être productif pour la gauche. Et totalement contre-productif pour vaincre l'extrême droite, cela, c'est certain. Trop souvent, nous aurons le cas d'un candidat « Front populaire » se qualifiant pour le second tour qui s'effondrera face au RN alors qu'un candidat des forces républicaines l'aurait emporté. On est donc en présence d'un cynisme au carré. Voter Nouveau Front populaire, c'est, premièrement, cautionner l'alliance avec des antisémites, et, deuxièmement, favoriser le Rassemblement national. Cela devrait faire réfléchir nombre d'électeurs de gauche. Le leadership doit complètement changer de ce côté-là. Il est inouï de voir des « chefs » transformer l'or de 14 % à l'élection européenne en plomb de la soumission aux Insoumis. Vous qui venez de la société civile, croyez-vous encore à la politique ? Oui, bien sûr. Affirmer le contraire n'aurait aucun sens. Qu'est-ce que la politique sinon la réunion des citoyens pour définir ensemble un destin commun. Notre société est travaillée par l'individualisme, le communautarisme et le matérialisme. Elle se détériore à cause de cela et cela laisse la place aux extrêmes qui bénéficient de l'angoisse ainsi créée. Il faut plus que jamais retrouver le sens du contrat social. « Parmi d’autres idées, je finis par me demander s’il ne faudrait pas introduire dans la Constitution l’exigence d’avoir exercé une activité professionnelle pendant au moins dix ans pour accéder à une fonction gouvernementale. » De nombreux Français sont affligés par le spectacle que donnent les responsables politiques, toutes tendances confondues. Et vous ? On ne retient que ce qui est affligeant. Le bien ne fait pas de bruit. Il y a pourtant de nombreux responsables politiques qui agissent pour le bien commun. Cela se voit à l'échelle locale. À l'échelle nationale, il n'y a pas moins de vertus. Mais elles sont plus attaquées. Tout tire vers le bas par l'excitation des passions, l'esprit de dérision, la critique caricaturale. La dévalorisation de la fonction politique risque d'éloigner les profils les plus valables. Parmi d'autres idées, je finis par me demander s'il ne faudrait pas introduire dans la Constitution l'exigence d'avoir exercé une activité professionnelle pendant au moins dix ans pour accéder à une fonction gouvernementale. La domination de la logique de communication est délétère. Vous qui êtes professeur de droit public et constitutionnaliste percevez-vous une crise de régime ? Il y a la lettre et l'esprit des institutions. Les deux doivent être respectés. L'article 12 – qui permet la dissolution – fait partie des « pouvoirs propres » du président, de ces prérogatives qu'il peut exercer sans contreseing des ministres. Mais pouvoir propre ne veut pas dire pouvoir discrétionnaire. Dissoudre un soir d'élection est un contresens. Cette décision ouvre une cicatrice d'un siècle et demi. En 1877, l'usage de la dissolution par le président Mac Mahon avait abouti à une crise de la III République naissante et à une éclipse de la fonction présidentielle jusqu'à 1958. Les dissolutions ont été très rares depuis 1955 et un recours exceptionnel à l'initiative d'Edgar Faure. Elles ont servi à résoudre des désaccords entre l'exécutif et le Parlement, à aligner une majorité parlementaire sur une nouvelle majorité présidentielle ou à faire trancher par les urnes des troubles dans la société. Déjà, la dissolution de 1997 avait été mal fondée et aurait dû servir de cuti de rappel. Le président aurait pu dissoudre à la rentrée pour tenir compte d'une éventuelle impasse parlementaire. Cela aurait été naturel et compréhensible. Mais on ne fait pas arbitrer une élection – dont on a dit en plus à l'avance qu'elle ne concernait que l'Europe – par une autre élection. La dissolution n'est pas faite pour cela. Cela peut ouvrir une crise de régime. Cela dépend de nous. Prenons garde de ne pas perdre au passage ce que les institutions de la V République gardent de très précieux pour nous dès Mais on ne fait pas arbitrer une élection – dont on a dit en plus à l'avance qu'elle ne concernait que l'Europe – par une autre élection. La dissolution n'est pas faite pour cela. Cela peut ouvrir une crise de régime. Cela dépend de nous. Prenons garde de ne pas perdre au passage ce que les institutions de la V République gardent de très précieux pour nous dès lors que l'on en fait bon usage. Lire : EXCLUSIF. Jean-Michel Blanquer : « Jamais l’offre politique n’a été autant en inadéquation avec la demande » (lepoint.fr) Crédit photo : © Gregoire Elodie / BLANQUER-Gregoire Elodie/ABACA

La voix de la jeunesse : quels défis et quelle responsabilité pour la protection de l’environnement ?

le 5 juin 2024 journée internationale de l'environnement SITE
À l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, le Laboratoire de la République interroge certains de ses membres les plus jeunes. Babette, Foucauld et Thomas partagent avec nous leurs opinions et leurs perspectives sur les enjeux environnementaux actuels. Cette année, la campagne de la Journée mondiale de l'environnement se concentre sur la restauration des terres, la désertification et la résilience à la sécheresse.
Le Laboratoire de la République : Quelles sont les principales menaces environnementales auxquelles notre planète fait face aujourd’hui ? Babette : En premier lieu, je mettrais en avant la crise climatique et le réchauffement global. J'envisage cette situation de manière alarmiste. Pour moi, la crise climatique est la principale menace, car le climat est le préalable indispensable à toute vie, humaine, végétale, animale. Mais il ne faut pas oublier la crise de la biodiversité et la crise de l'eau, dont l’ampleur et l’impact sont aussi inquiétants. L’ensemble de ces crises rend nécessaire la transition écologique. En parallèle, il est crucial d'agir sur la pollution de l'air, cause et conséquence du réchauffement climatique, car ses conséquences sanitaires sont déjà visibles à très court terme. La pollution de l'air est un problème sérieux, particulièrement en région parisienne, mais aussi dans le reste de la France. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, l'air est pollué même dans des zones qui semblent préservées : il s’agit d’un enjeu majeur de santé publique. Personnellement, j'ai développé de l'asthme à cause de la qualité de l'air. En France, la pollution de l'air cause 40 000 décès par an et rien que pour ça, il est crucial d’agir à l’échelle nationale même si la France n’est pas le pays le plus émetteur. Foucauld : Oui, je suis d'accord avec Babette, et j'adjoindrai également la perte de biodiversité. L'eau est, bien entendu, un autre enjeu majeur. J’ajouterai que l'homme est aussi une grande menace pour la planète. Thomas : Il y a d'abord l'activité agricole, car le modèle agricole dominant actuel constitue une menace indéniable pour l'environnement. À cela s'ajoutent plusieurs autres facteurs. L'expansion urbaine, par exemple, est problématique. Le modèle actuel d'expansion des villes et de développement pavillonnaire contribue à l'artificialisation des sols, perturbant les cycles de l'eau, du carbone et de l'azote. En résumé, les pratiques agricoles, l'urbanisation, ainsi que les émissions de gaz à effet de serre liées aux industries et aux activités humaines, y compris la déforestation, posent de sérieux problèmes environnementaux. Le Laboratoire de la République : Pensez-vous que les politiques nationales et européennes actuelles sur l'environnement sont suffisantes pour répondre aux défis écologiques ? Babette : Je pense qu'on ne fait pas assez, bien que je sois pleinement consciente de l'ampleur de la tâche. Changer de modèles politique, économique, social, commercial, technologique, et industriel ne se fait pas en un claquement de doigts. Cela prend du temps, et nous sommes vraiment à un tournant crucial. Nous commençons peut-être à comprendre qu'il faut réformer certains aspects de notre modèle actuel. Cependant, en regardant ce que disent les scientifiques, il est clair que nous ne faisons pas assez et que nous risquons d’excéder les limites définies par l’accord de Paris. Cela dit, je reconnais que des efforts sont faits, et la France joue un rôle de leader au niveau international. J'essaie de me concentrer sur les faits concrets plutôt que sur les grandes idées, car même si elles sont inspirantes, leur mise en œuvre pratique est souvent difficile. Je suis pragmatique et préfère observer les progrès réalisés plutôt que de me focaliser uniquement sur ce qui devrait être fait, bien que ce cadre soit important à garder en tête. À l'échelle européenne, la France est également un moteur dans cette dynamique. Nous verdissons considérablement nos stratégies diplomatiques, ce qui est à mon avis très positif. Foucauld : Il y a un élément essentiel à considérer : une politique nationale seule ne peut pas suffire à lutter contre le réchauffement climatique. Des politiques à grande échelle, que ce soit au niveau européen ou international, sont indispensables. Ensuite, il est incontournable d'adopter des mesures politiques pour gérer la raréfaction de l'eau, la réduction des émissions de gaz à effet de serre, le modèle agricole global, et la perte de biodiversité. Il est donc nécessaire de passer par des actions politiques globales pour agir efficacement contre le réchauffement climatique. Le problème est que plus il y a d'acteurs impliqués, plus il est difficile de parvenir à un consensus, car chaque pays a ses propres intérêts à préserver et ses propres activités à maintenir. La France, par exemple, étant un pays largement développé, peut se permettre de se poser ces questions, contrairement à des pays en voie de développement qui ont des priorités différentes, comme leur propre croissance économique avant les considérations écologiques. C'est une dynamique souvent observée lors des COP et c'est également le principal obstacle des accords de Paris : certains pays respectent ces accords, tandis que d'autres ne le font pas, chacun ayant ses propres intérêts à défendre. Thomas : Il est essentiel d'avoir une approche globale pour lutter contre le réchauffement climatique, car chaque pays n'avance pas au même rythme. En France, de nombreuses actions sont mises en place, comme la loi Climat et Résilience visant la zéro artificialisation nette des sols. Cependant, cette loi ne résout pas entièrement les problèmes liés à l'expansion urbaine et aux maisons individuelles. En Europe, de nombreuses normes environnementales sont établies avec le Pacte Vert. La PAC, bien qu'initialement non axée sur l'environnement, inclut désormais des objectifs de verdissement. Cependant, ces derniers sont insuffisants pour encourager une transition ambitieuse des pratiques agricoles. À l'échelle mondiale, il est difficile de parvenir à un consensus global, mais des progrès notables sont réalisés. Par exemple, les pays du Moyen-Orient, autrefois réticents, s'engagent désormais dans des accords internationaux. À la COP28, les signataires ont promis de tripler la capacité d'énergie renouvelable d’ici 2030, un engagement significatif. Ces accords permettent également aux ONG d'attaquer les États qui ne respectent pas leurs engagements. Il est crucial de reconnaître ces avancées et de voir le verre à moitié plein, car les progrès, bien que lents, sont exponentiels et donneront des résultats positifs à long terme. Le Laboratoire de la République : Avez-vous déjà participé à des initiatives ou des projets visant à protéger l'environnement, et quels gestes écologiques pratiquez-vous au quotidien pour réduire votre empreinte carbone ? Babette : Je ne suis pas engagée dans des associations, mais j'ai entrepris des démarches personnelles, petit à petit. Il existe de nombreux leviers pour réduire son empreinte carbone, et je suis persuadée que chacun peut identifier les comportements durables qui sont le moins coûteux (en temps, en argent, en efforts) pour lui. Mes efforts personnels se concentrent sur la réduction des déchets. Beaucoup d’alternatives durables aux objets à usage unique peuvent être utilisées rapidement et facilement : souvent, elles sont moins chères et similaires sur le plan pratique. Je ne calcule pas mon empreinte carbone précisément, mais j'essaie d'adopter un mode de vie plus durable, de faire des petites choses à mon échelle. Par exemple, j'ai réduit ma consommation de viande sans l'éliminer totalement, je fais attention à ma consommation d’eau. J'essaie aussi de convaincre mes proches d'adopter des gestes faciles à mettre en place. Je pense que nous avons besoin de politiques publiques et de mesures facilitatrices. Je suis vraiment contre l'idée de faire peser toute la responsabilité écologique sur le citoyen lambda. Quand on nous dit qu'il faudrait limiter nos voyages en avion, je dis non, car l'ouverture au monde est cruciale. Et il est exclu d’imposer cette contrainte aux individus et pas aux énormes industries dont on ne compte pas les bateaux et avions en transit. Il faut une réforme des modèles industriels et économiques, peut-être grâce à un marché des quotas carbone plus ambitieux. Foucauld : Je n'ai jamais participé à une manifestation pour le climat non plus. Il y a une différence générationnelle : ceux qui participent à ces manifestations sont souvent plus jeunes. Moi, j'étais déjà en études supérieures quand cela a commencé, et ce n'était pas une activité courante, surtout en école de management. C'est un effet générationnel. Thomas : Je n'ai jamais participé aux marches pour le climat, mais fais des efforts pour trier mes déchets par exemple. Je continue à manger de la viande, mais de moins en moins, conformément aux recommandations sanitaires. Je trouve toujours aberrant d'utiliser des bouteilles d'eau en plastique. Je minimise ma consommation d'eau lorsque je prends une douche et cuisine, c’est un sujet très important. Pour mes déplacements, je maximise le train. Il est important de savoir que lors de la crise de la COVID-19, les émissions de CO2 mondiales ont fortement diminué, induisant une baisse de 7% des émissions en 2020. Cela signifie que la plupart des émissions de CO2 sont liées à un défi plus grand, et que nous devons prendre de plus forts engagements pour être à la hauteur. Foucauld : Je te rejoins sur ce point. Je perçois une réelle attente de progrès de la part de cette génération, combinée à une incompréhension de la complexité du fonctionnement du monde. C'est un schéma commun à toutes les générations plus jeunes, où il y a souvent une lutte initiale suivie par la réalisation que le monde est bien plus complexe qu'on ne le pensait. En ce qui concerne les négociations climatiques internationales, je pense qu'il est important de ne pas considérer le verre comme à moitié vide. Les négociations climatiques ont leur importance, même si elles ne progressent pas aussi vite que certains le souhaiteraient. Nous ne pouvons pas ignorer des pays comme les Émirats arabes unis ou l'Arabie saoudite, même s'ils sont des gros émetteurs de CO2, car ce sont aussi des acteurs importants dans la transition vers les énergies renouvelables. Une incompréhension fondamentale réside dans le fossé entre la volonté politique écologique et la réalité vécue par les citoyens. La crise des Gilets jaunes en est un exemple frappant. Certaines mesures écologiques ont un impact disproportionné sur des populations qui utilisent leur voiture par nécessité pour se rendre au travail. Il y a aussi une résistance à la densification urbaine, même si cela pourrait être une solution pour réduire l'artificialisation des sols. En somme, il existe un écart entre les aspirations écologiques et la réalité quotidienne des gens, qui souvent privilégient leur confort immédiat sans toujours considérer les implications à long terme sur l'environnement. Babette Depanian est étudiante en Master 2 Affaires publiques à Science Po Paris. Foucauld Kneuss est chargé de mission dans l’enseignement supérieur. Thomas Jay est étudiant en 1ère année de cursus ingénieur à AgroParisTech.
Télécharger ouvrage "Europe, maîtriser notre ouvrage"
Achat sur Amazon de l'ouvrage "Europe , maîtriser notre avenir"

Adhérer ou soutenir le Laboratoire

Si vous souhaitez vous engager avec nous dans le Laboratoire de la République, plusieurs solutions…

Notre dernière vidéo

Décryptage de l’actualité démocratique et politique avec Benjamin Morel, Jean-Michel Blanquer et Brice Couturier – Mercredi 26 juin 2024

Pour rester informé
inscrivez-vous à la newsletter

S'inscrire