Étiquettes : Islam

« Pour le fondamentalisme islamiste, l’école est une zone de guerre »

par Pierre-Henri Tavoillot le 6 novembre 2023
Vendredi 13 octobre 2023, trois jours avant l’hommage à Samuel Paty, Dominique Bernard, professeur de français, était assassiné devant son collège-lycée à Arras par un terroriste de nationalité russe, ayant fait allégeance à l’État islamique quelques minutes avant les faits. Dans ce contexte de tensions et d'attaques des valeurs et principes de la République française, le Laboratoire de la République interroge Pierre-Henri Tavoillot, maître de conférences en philosophie et responsable du DU "référent Laïcité" à la faculté des lettres de Sorbonne Université.
Le Laboratoire de la République : L’assaillant, Mohammed M., a revendiqué un combat contre la République lors de l’attentat. Il aurait par exemple crié à une personne qui tentait de joindre les secours : "Appelle Marianne, appelle ta République". Pourquoi ce combat spécifique ? A quoi s’attaque l’islamisme en ciblant l’école ? Pierre-Henri Tavoillot : Toute l’idéologie du fondamentalisme islamiste le conduit à la contestation et à la destruction de l’école républicaine. En Afrique, ce mouvement a un nom : Boko Haram, soit littéralement « livre (book) impur » ou encore « l’éducation occidentale est un péché ». L’école est donc une cible, voire une zone de guerre, pour cette idéologie totalitaire. Voilà pourquoi des professeurs sont tués ; voilà pourquoi des étudiants et particulièrement des étudiantes sont enlevés ; voilà pourquoi des établissements scolaires sont brûlés. Voilà aussi pourquoi on note soudain, dans le courant de l’année 2021, une arrivée massive du port des abayas et des qamis. Elle est téléguidée par des influenceurs sur les réseaux sociaux, qui fournissent aux jeunes élèves les éléments de langage que l’on retrouvera partout en France. Au nom de la liberté de s’habiller pudiquement, on n’hésite pas à exhiber son appartenance religieuse : la pudeur corporelle prétexte à l’impudeur et à la pression spirituelle.Ce qu’il faut comprendre, c’est que le fondamentalisme ne prône pas une religion au sens occidental et moderne du terme car nous nous sommes habitués à considérer que la religion, c’est beaucoup de foi et un peu de pratique. Pour le fondamentalisme, la religion régit et dicte tout, du matin au soir, du berceau à la tombe dans tous les domaines de l’existence privé, public et civil. Il est donc normal que l’école, lieu de construction de la personne, soit visée, car il s’agit bien de conquérir les jeunes esprits et de les protéger des impuretés et des mensonges. Le Laboratoire de la République : Mardi 17 octobre, Gabriel Attal a haussé le ton à l’Assemblée nationale. "Le pas de vague, c’est fini", a-t-il promis, à la fin d’une prise de parole pour évoquer les 179 élèves qui ont perturbé la minute de silence d’hommage à Samuel Paty et Dominique Bernard. A quelles conditions cette promesse peut-elle être tenue ? Pierre-Henri Tavoillot : Une seule condition : il faut être ferme contre tout espèce de comportement « manifestant de manière ostensible une appartenance religieuse ». Le texte de la loi de 2004 est — c’est assez rare pour le noter à propos d’une loi — bref, clair et net. Je suis ébahi que l’on ait eu, à propos des abayas et qamis, exactement les mêmes controverses (heureusement en moins développées) qu’en 2004 à propos du voile. Or cette loi a été particulièrement efficace ; il faut donc l’appliquer. La difficulté est que notre école républicaine est affaiblie de l’intérieur par une forme de mauvaise conscience structurelle. C’est là, où l’ennemi fondamentaliste rencontre un précieux allié : l’hyperinvidualisme woke. Celui-ci dit aux élèves : « Venez comme vous êtes, vos identités sont remarquables ; n’en changez surtout pas. Nous autres adultes, coupables par nature, avons trop peur de vous discriminer pour pouvoir encore vous éduquer. Nous autres adultes avons trop de doutes sur nos savoirs pour espérer vous instruire. Nous autres adultes avons trop honte de notre histoire pour oser vous la transmettre ». Et voici l’autre message qu’il adresse à la jeunesse : « la France d’aujourd’hui est patriarcale, raciste, néocoloniale, indifférente au sort de la planète, inégalitaire, islamophobe, homophobe, transphobe, anti-jeune et oublieuse des vieux, inhospitalière, discriminatoire, immorale, égoïste, rance…» On pourrait sans peine continuer la liste (où l’antisémitisme est « étrangement » absent) de cette auto-détestation qui dépasse de très loin les limites d’une légitime autocritique. Car il ne s’agit pas non plus de s’adorer sans réserve ; mais à force de se haïr, on en vient à se détruire. Aucune école, nulle transmission n’ont de sens dès lors qu’une culture commence à avoir honte d’elle-même. Le Laboratoire de la République : Mohammed M. résidait en France depuis l’âge de 5 ans et était fiché S. Cet attentat a donné lieu à une polémique sur les modalités d’expulsion du territoire des ressortissants étrangers. Les questions soulevées sont-elles selon vous légitimes ? Pierre-Henri Tavoillot : C’est une évidence et même une exigence démocratique : un peuple doit pouvoir être maître de son destin. L’Etat de droit doit certes protéger les droits des individus, mais sans mettre en péril la collectivité. Pourtant la gestion de l’immigration n’est pas seule en cause, puisqu’à côté des flux, il y a, si je puis dire, le stock ; c’est-à-dire une part notable de la population française qui n’accepte pas le cadre de la laïcité et qui, pour une autre part, plus réduite, mais non négligeable, aspire à le détruire. Le défi est donc immense. Le Laboratoire de la République : Cet attentat intervient dans un contexte marqué par l’attaque terroriste du Hamas en Israël et sa résurgence dans le débat politique national. La période est-elle révélatrice de nos fragilités ? Pierre-Henri Tavoillot : La montée des actes antisémites, les prises de position irresponsables de trop nombreux courants et organisations qui continuent de qualifier le Hamas de « mouvement de résistance » et non d’organisation terroriste, totalitaire et génocidaire, … tout cela en effet est très inquiétant. La République aujourd’hui doit faire face non seulement à des ennemis redoutables, mais à tous ceux qui, en son sein, que ce soit par déni, par peur ou par cynisme, n’hésitent pas à leur faciliter la tâche.

Superposition des conflits

par Jean-François Cervel le 25 octobre 2023
La nouvelle phase du conflit entre les Palestiniens et les Israéliens, déclenchée par l'attaque du territoire israélien par le Hamas le 7 octobre 2023, met en évidence de manière particulièrement brutale la complexité, les points communs et la superposition des conflits qui caractérisent l'actuel paysage mondial. Jean-François Cervel, ancien inspecteur général de l'Éducation nationale, ancien directeur du Cnous (Centre national des oeuvres universitaires et scolaires) et membre de la commission Défi géopolitique, met en lumière les niveaux de conflictualité qui assombrissent le monde.
La nouvelle phase de la guerre entre Palestiniens et Israéliens ouverte par l’attaque du territoire israélien par le Hamas, le 7 octobre 2023, donne un éclairage particulièrement brutal sur la superposition de conflits qui caractérise le paysage mondial actuel.La situation sur ce théâtre particulier d’opérations est, en effet, tout à fait révélatrice des quatre niveaux de conflictualité qui se manifestent un peu partout à travers le monde.Le premier niveau est celui de l’affrontement territorial local. En l’occurrence il s’agit de la bataille pour le territoire de cette région comprise entre la Méditerranée et l’axe Tibériade-Jourdain-Mer Morte.Le deuxième niveau est celui de la guerre de religion lancée par les islamistes radicaux contre les juifs et les occidentaux considérés globalement comme « chrétiens ».Le troisième niveau est celui de l’affrontement, plus traditionnel, des puissances qui soutiennent, respectivement, les différents protagonistes des conflits territoriaux et qui essaient de profiter de toutes les circonstances pour répondre à leurs propres intérêts et se développer.Le quatrième niveau est celui de l’affrontement de systèmes qui est clairement affiché par le bloc des pays totalitaires contre le « modèle » occidental et ses valeurs.Ces quatre niveaux de conflictualité se conjuguent ou se mêlent, selon les lieux, de manière complexe, mais génèrent une extrême montée en tension des relations internationales.Le premier niveau est, effectivement, celui des conflits de territoires. Le conflit territorial c’est le conflit traditionnel, celui qui a alimenté les guerres tout au long de l’histoire de l’humanité, sur tous les théâtres géographiques. On le trouve évidemment à l’origine du conflit israélo-palestinien. Comment se partager ce territoire de la Palestine ? L’absence de réponse définitive à cette question, posée dès l’origine, continue à alimenter le conflit plus de 75 ans après la création de l’état d’Israël.Le territoire est, évidemment, un élément de la nationalité et de l’identité. Et c’est cette logique de l’affrontement des nationalismes que l’on retrouve dans une série d’autres conflits, celui entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie, celui entre la Serbie et la Bosnie et entre la Serbie et le Kosovo, celui entre la Russie et l’Ukraine et ceux qui perdurent en différents autres lieux de la planète. C’est l’affrontement entre l’Inde et le Pakistan au sujet du Cachemire. C’est aussi la présence coloniale de la Chine au Tibet et au Xin Jiang….Le conflit de territoire concrétise l’affirmation de l’identité, de la différence, l’opposition avec l’autre qui ne partage pas ma culture et donc ma vision du monde. Il s’agit de vaincre l’autre, de le dominer voire de le détruire. Et, dans cette logique là, tout est permis, épuration ethnique et massacre de masse. L’actualité ukrainienne, arménienne et israélienne en porte à nouveau tragiquement témoignage, après bien d’autres.Et ces différentes affirmations identitaires sont, le plus souvent, marquées par une appartenance religieuse ou une position politique vis-à-vis de la religion.Ainsi, la défense de la cause palestinienne, la volonté d’établir un territoire pour les palestiniens, est devenue, très vite, la lutte de l’islam contre le judaïsme. Ce ne sont plus les Israéliens que l’on combat mais ce sont les juifs.Le deuxième niveau de conflictualité est donc celui de la guerre de religion.C’est une guerre que les islamistes ont lancée contre les juifs et ceux qu’ils appellent les chrétiens, voire les croisés. Elle a été marquée par la révolution de 1979 mettant en place une théocratie chiite à la tête de l’Iran en renversant le régime du shah favorable à une modernisation à l’occidentale. Elle a été ensuite marquée par le développement d’organisations de combat ayant explicitement pur but de conduire le djihad, la guerre sainte. Al-Qaïda d’abord puis l’Etat Islamique ont pour objectif de frapper les « mécréants » partout où ils se trouvent et d’abord de faire disparaître les chrétiens et les juifs du Proche-Orient en recréant un grand califat. Elle a été marquée par la création du Hamas et du Hezbollah, respectivement à Gaza et au Liban, qui ont islamisé la guerre des Palestiniens contre Israël. De même, la guerre des serbes contre les bosniaques est devenue une guerre des chrétiens orthodoxes contre les musulmans. Et il en est de même pour la guerre des Azerbaïdjanais, soutenus par la Turquie, contre les Arméniens.Cette guerre religieuse est menée par les islamistes radicaux contre tous ceux qui ne professent pas la religion musulmane. Elle a pris la forme d’attentats terroristes multiples dans les pays occidentaux. Celui lancé contre les Twin Towers de New York et d’autres objectifs aux Etats-Unis, le 11 septembre, a généré des guerres de représailles américaines, en Irak et en Afghanistan, qui ont déstabilisé ces pays et renforcé l’affichage de cette dimension d’affrontement religieux. Cette guerre là se poursuit avec de multiples actes terroristes répétés dans la plupart des pays occidentaux. La France en a été plus particulièrement la victime depuis des décennies, jusqu’aux assassinats symboliques de professeurs en 2020 et 2023. Cette guerre se développe aussi sur d’autres théâtre d’opérations et notamment en Afrique, tant à l’Est que dans l’ensemble de la zone sahélienne. Elle utilise de multiples réseaux et relais et sait mobiliser des foules manipulées et fanatisées, dans tous les pays musulmans.Le troisième niveau est l’affrontement de puissance entre les Etats-nations du monde. Tous les Etats-nations du monde essaient, chaque fois qu’ils en ont l’occasion, d’augmenter leur puissance. C’est vrai pour les « grandes puissances » et c’est vrai aussi pour des puissances moins importantes qui utilisent toutes les circonstances pour développer leur influence et leur pouvoir, notamment dans leur environnement régional.En ce qui concerne les « grandes puissances » c’est aujourd’hui l’affrontement entre la Chine et les Etats-Unis qui est central, même si la Russie continue à vouloir être un acteur majeur dans ce registre.La Russie et la Chine essaient de développer au maximum leurs capacités pour s’opposer à la puissance dominante américaine. Elles le font en étendant leur réseau sur toute la planète, réseau économique et financier pour la Chine, symbolisé par le grand programme des « routes de la soie », réseau militaire et politique pour la Russie. Elles le font en exploitant toutes les situations de crises internationales, en soutenant systématiquement tous les pays et mouvements susceptibles d’être hostiles aux intérêts occidentaux. L’exemple de la Syrie et de nombreux états africains ou sud-américains en témoigne. Elles exploitent systématiquement la mémoire de la colonisation.Quant aux puissances moyennes ou en émergence, elles profitent des situations de tension pour développer leur influence et répondre à leurs intérêts. Elles n’hésitent pas à jouer sur tous les tableaux chaque fois qu’il s’agit d’en tirer avantage. Ainsi la Turquie, l’Iran, l’Arabie Saoudite, l’Egypte utilisent elles le conflit israélo-palestinien pour défendre leurs intérêts propres dans la région proche orientale. L’Inde, le Brésil, la Turquie ou l’Arabie Saoudite font de même à l’occasion de la guerre menée par la Russie contre l’Ukraine.Le quatrième niveau d’affrontement fait, en quelque sorte, la synthèse des trois précédents. C’est l’affrontement de système, quelque fois qualifié, par les acteurs eux-mêmes, de conflit de civilisation. Le président russe affirme que, dans sa guerre contre l’Ukraine, il défend un certain modèle de civilisation, contre la civilisation occidentale décadente. Les dirigeants du parti communiste chinois font la liste de tous les défauts du système occidental pour démontrer combien celui qu’il propose est meilleur. Quant aux dirigeants islamistes, ils estiment que seule la loi de l’Islam doit s’imposer partout et qu’il faut faire disparaître le « modèle » occidental impie.Ces régimes veulent à la fois faire disparaître la domination occidentale dont ils ont historiquement souffert et le système libéral et démocratique que les Européens et les Américains ont mis en place au cours des deux derniers siècles.Le discours du président chinois au récent forum des routes de la soie ( 18 octobre 2023 publié par Grand Continent 19/10/2023 ) qui fait l’apologie de cette initiative chinoise ( Belt and road initiative ) lancée en 2013, est particulièrement révélateur de la démarche engagée, à long terme, par le régime communiste. Il se présente comme un plaidoyer vibrant pour l’ouverture mondiale, les échanges et la coopération au service de la paix et de la prospérité pour tous, vers un avenir radieux de tous les pays du monde, devenus amis et partenaires. Pas un mot d’aucune des guerres en cours, sinon pour dénoncer ceux qui sont pour les sanctions, la confrontation idéologique et la politique des blocs…..Ce discours d’ « impérialisme bienveillant » occulte totalement toute dimension politique et militaire. Il a été prononcé en présence des représentants de 140 états dont Vladimir Poutine, sans que la guerre contre l’Ukraine soit évoquée et devant deux dirigeants de pays européens ( Hongrie et Serbie ) qui accueillent à bras ouverts les investissements chinois…..Le bloc des régimes qui veulent détruire le modèle occidental – et notamment l’axe Pékin-Moscou-Téhéran - utilise les trois autres niveaux de conflits pour conquérir des espaces nouveaux et pour affaiblir au maximum les pays occidentaux. La présence militaire russe en Syrie, au Sahel ou en République centre-africaine, la présence chinoise dans tous les pays, sur tous les continents, en témoignent. En dépit du discours chinois d’ouverture universelle, ces pays anti-occidentaux renforcent tous les jours leur alliance de manière à constituer un bloc autonome, capable de contourner sans difficulté toutes les sanctions occidentales et d’attirer à lui un maximum d’autres pays se prétendant non-engagés. Les « BRICS » comme l’Organisation de coopération de Shangaï sont autant de modalités d’organisation visant à lutter contre l’occident. Ils n’hésitent pas à soutenir les dictatures les plus totalitaires comme la Corée du Nord de la dynastie des Kim et ses menaces militaires permanentes.Cette superposition des niveaux de conflictualité permet le libre cours de tous les rapports de forces et des formes de violences les plus extrêmes telles qu’on les voit se manifester sur un grand nombre de théâtre d’affrontements pour la plus grande souffrance des populations victimes de la barbarie.Un tel panorama ne peut que forcer à des conclusions claires pour ce qui concerne la France et l’Europe.Plus que jamais, il faudrait, une gouvernance mondiale pour affronter les problèmes globaux qui se posent à l’humanité. Or, malgré les discours lénifiants du dirigeant chinois, nul aujourd’hui ne veut faire fonctionner efficacement le dispositif des nations unies. Le conseil de sécurité est constamment bloqué par les vetos antagonistes des grandes puissances opposées, directement engagées dans tous les niveaux de conflits.Face à cette situation, il faut clairement se placer dans une perspective de préparation à la guerre.Nous sommes en guerre contre un ensemble de forces et de pays qui veulent nous dominer et imposer leur vision totalitaire du monde même si leurs modèles totalitaires sont différents et parfois antagonistes.Pour pouvoir mener cette guerre, il faut renforcer l’alliance de tous les pays de démocratie libérale. Unité européenne d’abord, union avec les autres démocraties libérales dans le monde et au premier chef les Etats-Unis d’Amérique dans le cadre de l’OTAN ensuite. Aucun pays européen, seul, n’est en capacité de peser sur la marche du monde. Seule une Europe exerçant les moyens de souveraineté pourrait le faire. C’est tout l’enjeu des prochaines élections européennes que de décider de cette montée en puissance.Pour pouvoir mener cette guerre, il faut donner la priorité absolue au développement scientifique et technologique seul en capacité de fournir les moyens de la gagner. C’est sur ce terrain que se placent nos ennemis et sur lequel il est vital de ne pas se laisser dépasser.C’est seulement si l’Europe est puissante et capable& de résister aux attaques des régimes qui veulent détruire le modèle occidental que nous pourrons peser sur le traitement des problèmes du monde, qu’il s’agisse des différents niveaux de conflictualité ou qu’il s’agisse de la réponse à la crise environnementale par la mise en œuvre d’un programme de développement durable déterminant pour l’avenir de l’humanité.

Un an après la mort de Mahsa Amini, où en est la Révolution iranienne ?

par Shaparak Saleh le 16 septembre 2023
Le 16 septembre 2022, Mahsa Jina Amini décède dans un hôpital de Téhéran des suites de mauvais traitements subis pendant sa détention. Elle avait été arrêtée, trois jours avant, par la police des mœurs pour avoir prétendument enfreint les lois strictes sur le voile. Sa mort a provoqué des manifestations à travers le pays qui ont été violemment réprimées par les autorités. Un an après, la Révolution iranienne continue le combat pour renverser la République islamique d’Iran. Shaparak Saleh, co-fondatrice et Secrétaire générale de « Femme Azadi », association sensibilisant l'opinion publique à cette cause et voulant porter la voix du peuple iranien, a accepté de présenter la situation et les enjeux de cette révolution pour le Laboratoire de la République.
Le Laboratoire de la République : Qu’y-a-t-il d’inédit dans la révolution en cours en Iran depuis le 16 septembre 2022 ? Shaparak Saleh : La révolution en cours depuis le meurtre de Mahsa Jina Amini par la police des mœurs, le 16 septembre 2022, est inédite à plusieurs égards. Elle l’est déjà si l’on se situe au niveau de l’Iran. En effet, pour la première fois, les manifestations ne sont pas régionales. Elles ont envahi tout le pays, c’est-à-dire aussi bien les villes que les villages. La révolution gronde même dans les villes réputées pour être les plus croyantes, à l’instar de la ville sainte de Qom, ville natale du guide suprême iranien Ali Khamenei. Ensuite, cette révolution n’est pas comparable aux précédents mouvements de révolte. Ainsi, contrairement au mouvement vert de 2019 pendant lequel les jeunes scandaient : « Où est mon vote ? » en arborant la couleur verte – symbole de Mir Hossein Moussavi, candidat floué prônant un islam réformé et plus ouvert – c’est aujourd’hui le principe même d’une république islamique qui est contesté. Les Iraniens ont compris que les conservateurs et les modérés faisaient partie d’un même système visant à maintenir sur pied une théocratie. Ils souhaitent la mise en place d’un état de droit et d’une démocratie, laquelle ne sera possible que si le régime des mollahs chute. Enfin et surtout, pour la première fois, la peur a changé de camp. Malgré la répression féroce, le mouvement ne s’est pas éteint. Tandis que les mollahs n’osent plus porter leur tenue dans la rue, de crainte de subir des agressions, de nombreuses femmes refusent de porter le voile. Pour ne plus qu’on leur dicte ce qu’elles doivent porter, elles refusent de courber l’échine devant la redoutable police des mœurs, risquant arrestation, coups de fouet, viol ou mise à mort. Cependant, ces femmes n’ont plus peur. Elles préfèrent prendre ce risque que de vivre éternellement sans être libres. Mais ce n’est pas qu’en Iran que cette révolution est inédite : une révolution menée par des femmes, pour tout un peuple, c’est une première mondiale. C’est notamment pour cela qu’elle ne peut pas échouer. Un échec serait un revers pour toutes les femmes. La chute du régime des mollahs serait aussi la défaite de la première république islamique au monde et, par conséquent, l’échec de l’islamisme politique. Le Laboratoire de la République : A quoi ressemblerait le monde si la révolution aboutit et conduit à la chute du régime des mollahs ? Shaparak Saleh : C’est une évidence : le monde serait bien meilleur sans la République islamique d’Iran. Toute une partie du globe retrouverait la paix. Il s’agit avant tout d’une théocratie qui rêve d’exporter son modèle dans le monde. Soutien aux mouvements radicaux dans le Moyen-Orient, la République islamique n’hésite pas à utiliser le terrorisme pour régner. Prises d’otages, attentats, répressions, massacres sont autant d’armes utilisées pour dominer le monde. La République islamique déploie une énergie sans limite pour augmenter son influence et sa politique de déstabilisation de la région : elle parraine le Hezbollah, soutient le Hamas, livre des drones à la Russie pour l’aider à dominer l’Ukraine, aide les milices en Irak, tout en appelant à la destruction d’Israël. La liste n’est pas exhaustive. Si on se situe au niveau de la France, l’aboutissement de la révolution et la chute du régime des mollahs présenteraient de nombreux avantages. Du point de vue des droits humains, la chute du régime tyrannique et sanguinaire qui pratique l’apartheid des genres ne peut qu’être accueillie favorablement par la France, pays des droits de l’Homme. Ce serait la fin d’un régime qui autorise les mariages des fillettes dès l’âge de huit ans ou pour qui la parole d’une femme dans un procès vaut quatre fois moins que celle d’un homme (si une femme dépose une plainte pour viol, quatre autres femmes devront témoigner avec elle pour qu'on lui accorde plus de crédit face à son agresseur présumé). Il s’agirait également d’une bonne nouvelle pour le quai d’Orsay puisqu’à l’heure actuelle, on compte quatre otages français. Cette politique des otages a été mise en œuvre par le régime dès son accession au pouvoir en 1979 avec « la crise des otages américains en Iran ». Enfin, un Iran libre et démocratique où règnerait l’état de droit serait seul à même d’attirer des investisseurs étrangers. On entend des rumeurs selon lesquelles des négociations seraient en cours entre les pays occidentaux et la République islamique d’Iran pour raviver le Plan d’action global commun (dit JCPOA). Pense-t-on sérieusement que des investisseurs ne mesureraient pas le risque financier et réputationnel d’un accord avec l’Iran ? Les pays occidentaux ont tout à gagner à la liberté de l’Iran. C’est un pays stratégique en raison de ses réserves de pétrole, mais également un marché à gros potentiel pour les industriels français dans tous les domaines : aéronautique, agroalimentaire, automobile, construction, hôtellerie, luxe ou encore télécommunications. En effet, après quarante-trois années de privations générées par l’isolement de la République islamique d’Iran sur la scène internationale, le succès serait nécessairement au rendez-vous. Les démocraties du monde libre ont tout intérêt à abandonner les efforts visant à pactiser avec un régime à l’agonie qui n’a rien à leur apporter. Elles doivent se concentrer à la réussite d’une révolution qui comporte en elle l’assurance de nombreux débouchés. Pour l’heure, tant que le régime sera en place, aucune négociation ne peut et ne doit avoir lieu. En attendant, la République islamique d’Iran a adhéré au BRICS, ce qui va lui permettre de développer son réseau commercial avec les autres membres de ce club des puissances anti-démocratiques. Le Laboratoire de la République : Quel soutien peut-on apporter ? Shaparak Saleh : Le peuple iranien et la diaspora iranienne ont du mal à se faire entendre. En Iran, l’accès à internet est souvent coupé afin que le régime puisse commettre ses exactions à huis-clos. En dehors du pays, nous avons aussi du mal à nous faire entendre. Nous avons besoin que notre combat soit visible. Dans l’ensemble, les médias ne font pas bien leur travail sur ce sujet. La recherche du scoop ou du clic les conduit à traiter en priorité les faits divers nationaux au détriment des sujets de fonds internationaux qui ont du mal à rester visibles avec pour seule exception l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Alors mon premier message s’adresse aux journalistes : nous avons besoin de vous ! Rendez visible cette révolution. Chaque information relayée dans la presse internationale suscite tant d’espoir en Iran. Mais, me direz-vous, comment soutenir quand on n’est pas journaliste mais simple citoyen ? Personne ne doit minimiser son pouvoir. Il faut s’abonner aux pages Instagram, Twitter et LinkedIn des associations qui font un formidable travail d’investigation. Vous pouvez suivre les comptes de Femme Azadi ou de This is a Revolution pour avoir des informations traduites en français. S’informer, c’est déjà bien. Partager, c’est encore mieux. Notre première vidéo de sensibilisation a atteint 10 millions de vues sur les différents réseaux sociaux. La dernière dans laquelle nous annoncions avoir porté plainte contre un dignitaire du régime lors de son déplacement à Paris à l’occasion de la préparation des JO a atteint 130.000 vues. Enfin, vous pouvez soutenir des associations comme la nôtre en faisant par exemple des dons. Pour prendre notre exemple, les montant des dons récoltés par notre collectif nous permettent d’apporter un soutien financier, juridique et administratif aux réfugiés, d’organiser des évènements en France pour amplifier la voix du peuple iranien, d’aider les activistes sur place à continuer de mener le combat, et de financer VPN et Starlinks afin que le peuple iranien puisse nous envoyer des images de cette révolution, malgré les efforts du régime pour couper internet et massacrer en toute discrétion. Pour nous soutenir, vous pouvez également participer à la marche, aujourd'hui samedi 16 septembre, date anniversaire de la révolution (l'emplacement exact est communiqué sur nos réseaux).

Promotion du voile par le Conseil de l’Europe : l’Occident ne sait plus défendre ses valeurs

par Razika Adnani le 29 novembre 2021 photo de femmes portant un voile
Razika Adnani est islamologue et philosophe. Dans cette tribune, elle revient sur le choc que la campagne pour la promotion du voile a provoqué. Elle explique les causes et l’origine de ce qu’elle appelle « la guerre du voile » et comment les islamistes détournent le sens de principes de liberté et d’égalité pour l’imposer.
Publié par Fild Media le 17 novembre 2021 Le choc que la campagne pour la promotion du voile a provoqué a été terrible parce qu’il s’agissait de l’Occident et parce que la campagne faisait la promotion de la pratique la plus opprimante pour les femmes et la plus discriminatoire à leur égard. L’Occident qui a été longtemps un exemple à suivre dans le domaine de la protection de la liberté et des droits des femmes a piétiné ses propres valeurs. Personne n’est dupe pour croire que le Conseil de l’Europe seul a eu l’idée de faire la promotion du voile. Si le choc est aussi grand, c’est parce qu’on a réalisé que les islamistes, qui ont mené farouchement « la guerre du voile » depuis un siècle environ, ont réussi à imposer cette pratique au sein d’institutions censées protéger les valeurs de l’Occident, dont l’égalité entre les femmes et les hommes. Le Conseil de l’Europe a trahi des millions de femmes dans le monde qui se battent contre le voile auquel le patriarcat les soumet ou veut les soumettre. La « guerre du voile » a commencé dans le monde musulman au début du XXe siècle, pour ne parler que de la période contemporaine. C’est l’époque où des intellectuels et des politiques modernistes, influencés par les valeurs occidentales qui étaient pour eux celles de toute l’humanité, ont entamé le grand projet de modernisation de leurs sociétés. Ils ont, cependant, très vite compris que sans l’émancipation des femmes aucune évolution sociale ou politique n’était possible. Ils ont alors sérieusement critiqué la claustration des femmes et le port du voile, intimement liés. La philosophe Doria Chafik (1908-1975) a remis en cause l’idée du voile comme prescription islamique. « Nous trouvons dans les œuvres artistiques de l'Égypte ancienne des indices nous permettant de déduire que le voile n'était pas inconnu dans l'antiquité », écrit-elle dans son livre La femme et le droit religieux de l'Égypte contemporaine. Les efforts de ces modernistes ont donné des résultats spectaculaires. Lors de la première moitié du XXe siècle, les femmes sortaient dans les rues d’Alger, de Tunis, du Caire, de Manama et même de Kaboul les jambes et la chevelure non dissimulées et cela ne posait pas de problème. Des dignitaires religieux ne voyaient pas d’inconvénients à ce que les femmes ne portent pas le voile, c’est-à-dire ne se couvrent pas la tête comme le prouvent les photos de l’époque. Parmi eux, il y a ceux qui ont occupé plusieurs fonctions religieuses y compris au sein de la mosquée d’al Azhar du Caire comme Ahmed Hassen al-Bakouri (1907-1985) ainsi que l’Algérien Cheikh Bachir Ibrahimi (1989-1956) qui a été président de l’association des Oulémas algériens. En 1928, les conservateurs, qui voulaient prendre le pouvoir pour contrer la modernisation des sociétés musulmanes, ont créé en Égypte la Confrérie des Frères musulmans pour mieux s’organiser. Leur objectif était de ré-islamiser les musulmans trop influencés, selon eux, par la culture occidentale qui les avaient éloignés du vrai islam. Un de leurs projets était de soumettre les femmes à nouveau au port du voile. Leur dévoilement était vu comme une menace pour leur domination sur les femmes et comme un danger pour la société musulmane qui devait impérativement se distinguer de la société occidentale. En revanche, les islamistes n’ont pas cherché à renvoyer les femmes à la maison. Ils avaient compris l’importance pour la réussite de leur mouvement de la présence de femmes voilées dans l’espace public. Une femme voilée qui va à l’université et travaille était un meilleur emblème pour leur mouvement que des dizaines qui restaient à la maison. Ils ont décidé d’utiliser le voile comme arme dans leur lutte contre les modernistes et ils ont même intégré les femmes dans leur confrérie en créant en 1932 la branche féminine appelée Sœurs musulmanes, dont le rôle était surtout d’inciter les autres femmes au port du voile. Zineb al-Ghazali en a été la première représentante.Dans leur lutte pour re-voiler les femmes, les Frères musulmans ont monopolisé les médias et les moyens de communication. Beaucoup de feuilletons montrant des femmes voilées pieuses ont été produits et diffusés partout dans le monde musulman. En 1990, presque toutes les femmes dans les sociétés musulmanes étaient voilées. Avec l’abolition du voile, les modernistes avaient propulsé les sociétés musulmanes dans le monde de la modernité. Les conservateurs ont voulu avec sa réinstauration les ramener vers le passé. Cette victoire des islamistes s’explique par les dollars des Wahhabites et l’acharnement des conservateurs. Mais il y a autre chose de plus important. Les modernistes qui ont lutté contre le voile et qui l’ont critiqué comme un obstacle à l’épanouissement sociale et économique des femmes et de la société n’ont pas osé, ou très timidement, questionner les textes et la religion ni le présenter comme une discrimination à l’égard de la femme de peur d’heurter la religion.Cela a donné aux islamistes des arguments pour défendre leur projet d’imposer le port du voile aux femmes. Ils ont incité les étudiantes et les femmes qui travaillaient à le porter pour qu’elles donnent un exemple que le voile ne constitue pas une entrave à l’émancipation de la femme et de la société et démonter l’argument des modernistes.Quant à l’argument de la religion, il leur avait suffi de réaffirmer que le voile était une pratique religieuse incontournable pour les femmes. Alors que la dissimilation de la chevelure de la femme n’apparaît dans aucun des trois versets recommandant pour la femme une manière de s’habiller. Quand bien même il apparaitrait, cela ne suffirait pas pour l’imposer aux femmes. Les musulmans ne mettent pas en pratique toutes les recommandations du Coran comme l’esclavage qu’ils ont déclaré caduc, alors qu’il est cité et codifié dans 25 versets coraniques. Il faut également souligner que les recommandations s’opposent entre elles. Cependant, parce que la question du voile n’a pas été remise en cause au sein de l’islam, les conservateurs ont pu facilement convaincre les femmes que c’était une règle coranique à laquelle elles devaient se soumettre. La guerre du voile se poursuit en Occident Mais la guerre du voile n’était pas pour autant terminée. Elle s’est poursuivie en Occident. Non seulement parce que des musulmans vivaient de plus en plus en Occident, mais aussi parce que l’objectif des islamistes n’était pas d’islamiser uniquement les sociétés musulmanes, mais aussi l’Occident où ils sont également partis au front avec le voile comme arme. Comme dans les pays musulmans, il est la meilleure preuve de la réussite de leur mouvement. Porté sur la tête d’une femme, il est toujours plus efficace que la prière et le jeûne qui ne se voient pas forcément sur les visages des personnes dans la rue. Malgré les tensions permanentes que le port du voile suscite et la riposte de ceux qui veillent à défendre les valeurs de l’époque actuelle, l’objectif de l’imposer partout en Occident et de le faire accepter par l’autre ne faiblit pas. En Occident, les adeptes du voile ne se sont pas contentés de le présenter comme une recommandation coranique, ils ont voulu qu’il soit la condition même de l’appartenance de la femme à l’islam. Tariq Ramadan en a fait un acte de foi. « Pour les femmes, la prescription porte également sur le port du voile… (et) il s’agit d’un acte de foi », écrit-il dans son ouvrage Le Génie de l’islam publié en France en 2016. Ce qui est un grand dérapage théologique, car le voile n’est ni un principe fondateur de l’islam, ni un principe de la pratique de l’islam. En islam, avoir la foi consiste à avoir la conviction que Dieu existe et qu’il est unique, que Mohamed est son prophète et que le Coran est sa parole sans aucune distinction entre les femmes et les hommes. Les principes de la pratique de l’islam sont la prière, l’aumône, le hadj (pèlerinage à La Mecque) et le jeûne. Une personne peut donc appartenir à l’islam et être pratiquante sans avoir à porter le voile. Le voile n’est pas non plus une pratique spécifique à l’islam ni un critère identitaire des musulmanes comme l’a affirmé la campagne du Conseil de l’Europe. Le couvrement de la tête pour les femmes était une tradition méditerranéenne remontant à une période bien antérieure à l’islam. Changer la représentation du voile En Occident, bien que le port du voile soit en hausse, celui-ci se heurte toutefois aux valeurs de la liberté et de l’égalité. Pour que l’autre l’accepte et afin de pouvoir l’introduire dans toutes les sphères de la société, ses adeptes ont décidé de changer son image, de le présenter comme un signe d’égalité et une preuve de liberté. Or, le concept de liberté n’est ni connu dans la pensée musulmane ni reconnu par les sociétés musulmanes et le voile comme les autres pratiques est présenté, compris et vécu comme une obligation juridique et un ordre divin que l’on ne discute pas. Cependant, ceux qui utilisent ce concept de liberté sont conscients de sa valeur dans les sociétés occidentales et cela sur le plan social, politique et moral, valeur qu’eux ne reconnaissent pas. Seulement, ils voient en lui le meilleur moyen pour défendre le port du voile et l’imposer. Le voile n’est pas non plus une preuve d’égalité. Ordonné à la femme et non à l’homme, il est lui-même une discrimination tant à l’égard des femmes par rapport aux hommes qu’à l’égard des femmes non-voilées par rapport à celles qui sont voilées. Les non-voilées sont considérées comme impudiques qui méritent d’être violentées et violées. Une discrimination qui remonte à l’antiquité et qu’on retrouve dans le verset 59 de la sourate 33, Les Coalisés : « Ô prophète dis à tes épouses à tes filles et aux femmes des croyants de ramener sur elles leurs djalabib ( pluriel de djilbab signifiant robe longue) ainsi elles seront vite reconnues et ne seront pas offensées ».Ainsi, si l’égalité consiste à accorder à tous les mêmes droits, les islamistes revendiquent une autre égalité qui accorde les mêmes droits à ceux qui pratiquent les discriminations qu’à ceux qui accordent à tous les mêmes droits. Une égalité qui veut la même visibilité et le même respect à une pratique qui discrimine les femmes qu’à une autre qui met les hommes et les femmes sur un pied d’égalité. Ce détournement des valeurs de la liberté et de l’égalité crée une confusion grave quant à leur sens et les menace sérieusement avec le consentement du Conseil de l’Europe. Ce qui aggrave la situation, c’est que le Conseil de l’Europe n’a pas fait seulement la promotion du voile des femmes, mais aussi de celui des petites filles dans une vidéo intitulée « United diversity » qui a ensuite été supprimée de leur site.Le voilement des petites filles est la preuve indéniable de l’absurdité de l’argument du voile comme liberté. On ne peut pas prétendre que les petites filles ont atteint la maturité intellectuelle et morale qui leur permette de choisir leurs actes, de décider elles-mêmes de se voiler. D’autant plus que ceux qui imposent le voile aux petites filles expliquent que leur objectif est d’habituer les femmes au port du voile dès leur jeune âge, afin d’éliminer chez elles toute velléité de liberté qui entraînerait le risque qu’elles se rebellent contre cette pratique. Décidément, l’Occident ne sait plus défendre ses valeurs. Les femmes notamment celles qui vivent dans les pays musulmans, doivent désormais compter sur elles-mêmes pour changer leur condition et arracher leurs droits d’être humain et leur droit d’avoir les mêmes droits que les hommes. Elles doivent impérativement s’armer de moyen théologiques, historiques, philosophiques et politiques qui leur permettent de se défendre contre le discours qui veut faire d’elles des êtres inférieurs au nom de la religion. Razika Adnanihttp://www.razika-adnani.com

Le Laboratoire
de la République

Pour rester informé
inscrivez-vous à la newsletter

S'inscrire